Leaders Cup : Dupraz et Donnadieu regrettent les entames

le
0
Leaders Cup : Dupraz et Donnadieu regrettent les entames
Leaders Cup : Dupraz et Donnadieu regrettent les entames
Eliminés en quarts de finale de la Leaders Cup vendredi (respectivement par Nancy et Le Mans), Jean-Marc Dupraz (entraîneur de Limoges) et Pascal Donnadieu (coach de Nanterre) ont tous les deux regretté les entames de match de leur équipe. Le technicien nanterrien n'a pas non plus apprécié l'arbitrage.

Mené 12-20 à la fin du premier quart puis 28-42 à la mi-temps, le CSP Limoges a pris de retard en première mi-temps vendredi contre Nancy, vainqueur 68-77. Une attitude qui a fortement déplu au coach de l'actuel troisième de Pro A. « On n'avait pas d'agressivité, ni défensive, ni offensive, s'est désolé Jean-Marc Dupraz, l'entraîneur limougeaud, selon des propos rapportés par l'Agence France Presse. Le sport de haut niveau, c'est avant tout de l'engagement. Et notre début de match a été catastrophique, avec zéro intensité. Contre une équipe athlétique comme Nancy, si tu ne mets pas d'agressivité, tu n'existes pas. On a subi toute la première mi-temps. On n'était pas à la hauteur du maillot. On s'est fait '' driver '' dans tous les sens. On leur a laissé mettre des shoots et on a couru après la balle. Ensuite, en seconde mi-temps, on s'étonne qu'ils prennent des gros shoots. Il y a eu un léger mieux, mais pas de révolte. A l'entraînement, c'est bien, il y a en a. Mais les joueurs ne sont pas capables de reproduire ça en match. Certains joueurs manquent de caractère et devraient aller s'en acheter. On ne peut pas continuer comme ça à subir. Ce n'est pas acceptable. Au début les organismes étaient fatigués. Aujourd'hui, c'est la tête qui est un peu touchée. »

S'il regrette aussi le début de match raté de ses hommes face au Mans (13-21 puis 27-47 à la mi-temps), Pascal Donnadieu se dit frustré suite au bon retour de la JSF qui ne s'est inclinée qu'après trois prolongations (96-98 a3p). « On a loupé notre entame. On n'était pas prêts. A partir du moment où on est menés de vingt points à la fin de la première mi-temps (47-27), c'est difficile. J'ai eu un discours très ferme à la pause. Je voulais que les joueurs reviennent progressivement dans le match. L'objectif c'était d'être à -10 à la fin du troisième quart pour ensuite les coiffer au poteau. La stratégie n'a pas été loin de fonctionner mais on partait de trop loin. Ce soir (vendredi), certaines choses m'ont surpris au niveau de l'arbitrage en particulier dans le money time. On n'a pas été respecté. Des coups de sifflets nous ont fait mal. Je suis très frustré par le manque de cohérence de l'arbitrage en fin de match. Il y a de la déception, mais ce n'est pas la fin du monde. Il faut toujours se servir des échecs. On va retravailler pour préparer un match important mardi en Eurochallenge où on aimerait bien continuer l'aventure. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant