Leader palestinien mort en Cisjordanie : la colère de Mahmoud Abbas

le
1
Leader palestinien mort en Cisjordanie : la colère de Mahmoud Abbas
Leader palestinien mort en Cisjordanie : la colère de Mahmoud Abbas

Un éminent responsable palestinien, Ziad Abou Eïn, est décédé mercredi en marge d'une manifestation qui se voulait pacifique. Une bagarre aurait éclaté entre 300 manifestants, exaspérés par la colonisation, et des soldats de l'armée israélienne. Selon plusieurs témoignages, Ziad Abou Eïn, 55 ans, serait tombé au sol, se tenant la poitrine, après avoir reçu des coups de la part de soldats israéliens. 

Une soldate israélienne a tenté de lui apporter les premiers secours avant qu'il soit emmené à l'hôpital, où il a succombé. Interrogée, l'armée israélienne a dit recueillir des informations sur les faits.

L'événement a provoqué la colère de l'Autorité palestinienne. Son président, Mahmoud Abbas, a affirmé que toutes les options sont «ouvertes» en réponse à la mort du haut responsable palestinien, en charge du dossier de la colonisation. Une réunion extraordinaire des dirigeants palestiniens a lieu ce mercredi soir à Ramallah afin de discuter des mesures que pourraient prendre l'Autorité : des participants pourraient notamment réclamer la fin de la coopération sécuritaire avec Israël. 

De son côté, Israël a regretté la mort de Ziad Abou Eïn et a annoncé qu'une enquête sur l'incident était en cours. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a d'ailleurs demandé une enquête rapide et transparente aux autorités israéliennes. 

PHOTO: Palestinian minister Ziad Abu Ain treated after being hit by IDF during clashes in the West Bank, later died. pic.twitter.com/vAsGjCSCCO-- Israel News Feed (@IsraelHatzolah) 10 Décembre 2014

VIDEO. Un responsable palestinien meurt lors de heurts avec des soldats

Un adolescent palestinien grièvement blessé

A la suite de l'annonce de la mort de Ziad Abou Eïn, d'autres heurts ont eu lieu en Cisjordanie. Et un adolescent palestinien a été très grièvement blessé à la tête par un tir de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mercredi 10 déc 2014 à 23:28

    La mort d'un criminel n'est pas un drame.