LEAD 2-SNC-Lavalin se veut rassurant sur l'emploi en France

le , mis à jour le
0
    * Le maire de Brive a remis un courrier à François Hollande 
    * Il l'a alerté sur les emplois de SNC-Lavalin à Brive 
    * Le groupe canadien emploie 1.000 personnes en France 
    * Il a reçu une offre d'Impact Holding et de Ciclad Gestion 
    * Pas de signe que cet acquéreur veuille supprimer des 
postes 
 
 (Actualisé avec courrier du maire de Brive, précisions) 
    PARIS/MONTREAL, 30 août (Reuters) - Le groupe canadien 
SNC-Lavalin  SNC.TO  s'est montré mardi rassurant sur les 
implications en termes d'emplois de l'offre de reprise de ses 
actifs français déposée par un tandem de deux sociétés 
françaises d'investissement. 
    Le maire de Brive-la-Gaillarde (Corrèze), où SNC-Lavalin a 
une agence employant 70 personnes, a interpellé début août 
François Hollande sur la vente par le groupe d'ingénierie et de 
BTP des 13 agences et 17 aéroports régionaux qu'il compte en 
France. 
    "Il n'y a aucune indication à ce stade que cet acquéreur 
potentiel envisage d'éliminer des emplois", a déclaré à Reuters 
un porte-parole de SNC-Lavalin. 
    Le groupe canadien emploie 1.000 personnes en France, où il 
exploite en délégation de service public 17 aéroports régionaux 
: Paris-Vatry, première concession du genre remontant à 1998, 
Nîmes, Reims, Troyes, Annecy, Le Havre, Mayotte, 
Saint-Martin-Grand-Case, Tarbes, Cherbourg, Angoulême, Rouen, 
Tours, Toulouse-Francazal, Vannes, Chalon-sur-Saône et 
Auxerre-Branches. 
    Il a annoncé lundi étudier une offre sur la totalité de ses 
actifs en France, émanant d'un partenariat entre les sociétés 
non cotées Impact Holding et Ciclad Gestion, spécialisée depuis 
une trentaine d'années dans l'investissements dans les PME. 
    SNC-Lavalin, qui n'a pas précisé le montant de l'offre, a 
ajouté avoir lancé le 22 août une procédure de consultation avec 
les représentants du personnel en France concernant une vente 
éventuelle. 
    "Nous avons l'intention d'étudier cette offre dans la mesure 
où elle est cohérente avec nos initiatives d'alignement de nos 
activités avec notre stratégie d'entreprise mondiale", a-t-il 
dit. 
    Ciclad n'était pas disponible dans l'immédiat pour commenter 
ces informations. 
    Frédéric Soulier, maire LR de Brive, a remis au président de 
la République un courrier début août pour lui faire part de ses 
craintes sur l'emploi dans sa ville, mais aussi à Reims, Troyes 
et Quimper. 
    "Le maire lance une alerte pour que les 70 emplois de 
SNC-Lavalin à Brive soient maintenus. Cela représente 200 à 300 
personnes si l'on compte les familles", a expliqué mardi à 
Reuters un porte-parole de la municipalité. Il a ajouté qu'à ce 
jour, l'Elysée n'avait pas répondu au courrier. 
    A la suite d'un article du journal canadien La Presse, 
Benoît Poirier, analyste chez Desjardins, écrivait dans une note 
la semaine dernière que la filiale française pourrait susciter 
un prix supérieur aux 45 millions de dollars canadiens (31 
millions d'euros) perçus par SNC-Lavalin à l'occasion de la 
cession d'une filiale canadienne de gestion d'actifs immobiliers 
cette année. 
    Il estimait que l'opération pourrait avoir un impact positif 
pour les marges consolidées au vu de l'environnement 
concurrentiel difficile du marché français. 
    SNC-Lavalin a également fait partie du tour de table lors de 
la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, mais en 
appui technique du repreneur chinois Symbiose. 
    La principale filiale du groupe, SNC-Lavalin Inc., qui pèse 
60% de SNC-Lavalin, a été radiée en juillet 2013 par la Banque 
mondiale pour dix ans dans le cadre d'un accord de règlement 
négocié à l'issue d'une enquête sur des allégations de 
corruption au Bangladesh et au Cambodge. 
 
 (Gilles Guillaume et Allison Lampert, avec Wilfrid Exbrayat 
pour le service français, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant