Le Zenith déborde Lyon

le
0
Le Zenith déborde Lyon
Le Zenith déborde Lyon

Dans un match vital pour leur survie dans cette Ligue des Champions, les Lyonnais ont chuté face aux Russes. Sans démériter, ils repartent avec trois buts, beaucoup de regrets et de rares espoirs dans les valises.


Zénith St. Petersbourg - Lyon
(3-1)

A. Dzyuba (3'), Hulk (56'), Danny (82') pour Zénith St. Petersbourg , A. Lacazette (49') pour Lyon.


Lyon était venu chercher une place au soleil dans l'antre du Zenith. A l'aube de l'heure hivernale, il risque fort de connaître, au mieux, le calendrier de l'Europa League. Dans un 4-3-3 aussi innovant que le positionnement de Rafael sur l'aile droite, l'OL a tenté de faire vivre le ballon mais s'est heurté au mur dressé par le Zenith et à son froid réalisme. Deux défaites et un nul après trois matchs pour les Lyonnais, ça sent le sapin. Mais en face, le Zenith n'a pas fait de cadeau. Et est quasiment déjà qualifié pour les huitièmes de finale. Costaud.

Cueillis à froid


Ce sont les Russes qui envoient au coup de sifflet de M. Atkinson. Mais c'est bien Umtiti qui prend le rôle de Mister Bean, en étant aux fraises sur la première accélération du Zénith. L'occasion pour Dzyuba de fusiller Lopes et une bonne partie des espoirs lyonnais d'entrée de jeu (1-0). Dans la foulée, Hulk se signale en défendant sur Valbuena comme un attaquant sur un enfant pour le carton jaune inaugural. Valbuena et l'OL mettent quelques minutes à reprendre leurs esprits et le siège de la surface pétersbourgeoise, sans réellement parvenir à y mettre le feu. Le jeu penche à droite, les centres de Jallet ou les coups de pieds arrêtés de Valbuena sont précis, mais les frissons russes.

L'arrière garde lyonnaise souffre en effet à chaque accélération du Zenith, il faut un Anthony Lopes bouillant pour claquer en corner une grosse frappe de Hulk. Le même Anthony s'essaie avec réussite au crochet, moins au dégagement, directement en touche. Valbuena, lui, préfère la talonnade à la frappe et Morel, arrêté, les nuages au cadre. Une action symptomatique du jeu lyonnais. De l'envie mais un manque de vitesse, de la volonté mais de l'imprécision. Allégorie : Alexandre Lacazette. En 45 minutes, les jeunes pousses lyonnaises ont pris une leçon d'efficacité par…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant