Le yuan entre dans la cour des grands

le
0
Un employé chinois et des billets de banque à Huaibei, à l'est de la Chine, en 2015.
Un employé chinois et des billets de banque à Huaibei, à l'est de la Chine, en 2015.

Un parfum de fierté patriotique embaume la presse officielle chinoise, ce mardi 1er décembre. « Le yuan pèse plus lourd que le yen japonais et la livre sterling », titre triomphalement guancha.net, l'un des principaux portails d'information. L'ennemi héréditaire nippon et l'ancien colonisateur britannique n'ont qu'à bien se tenir ! La devise chinoise vient d'offrir à l'empire du Milieu une revanche éclatante, effaçant presque deux siècles d'humiliation. Rarement, une réunion de technocrates à Washington n'a suscité autant d'enthousiasme à Pékin. Aux côtés de Christine Lagarde, le président de la Banque centrale de Chine Zhou Xiaochuan affiche un large sourire aussi rare qu'éclatant pour un Mandarin rouge. « C'est une reconnaissance pour tous les efforts accomplis par les autorités chinoises pour réformer leur système monétaire et financier », affirme la directrice générale du FMI.

Le yuan vient de rejoindre le club très fermé des monnaies de réserve du fonds, aux côtés du dollar, de l'euro, du yen et de la livre sterling. Après des années de négociations en coulisse, le conseil d'administration du FMI a décidé lundi d'intégrer la « monnaie du peuple » (renminbi) dans son panier de devises de référence, les fameux « droits de tirage spéciaux » (DTS). À partir d'octobre prochain, elle pèsera 10,92 % de ce panier, loin derrière le dollar (41,9 %) et l'euro (37,4 %), mais déjà devant la livre et le yen. Une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant