Le yuan devient monnaie de réserve, son statut reste en débat

le
0
    par Nathaniel Taplin 
    SHANGHAI, 30 septembre (Reuters) - Le yuan chinois devient 
officiellement samedi une monnaie de réserve, tout comme le 
dollar américain, l'euro, le yen ou la livre sterling, une 
nouvelle étape de l'affirmation de la Chine dans le concert des 
nations, sans que cela dissipe pour autant les doutes sur la 
sincérité de sa volonté de réforme. 
    Le yuan, aussi appelé renminbi (monnaie du peuple), sera 
intégré par le Fonds monétaire international (FMI) dans ses 
Droits de tirage spéciaux (DTS) le jour même de la Fête 
nationale chinoise, qui marque l'anniversaire de la fondation de 
la République populaire de Chine en 1949. 
    L'événement en lui-même, annoncé l'an passé, ne devrait 
guère émouvoir les marchés mais il contribuera à éclairer un peu 
mieux une politique économique chinoise souvent obscure, 
notamment en matière de changes, à mesure que le yuan entrera 
dans les réserves de change des banques centrales. 
    Pékin a pris les marchés de court l'an dernier en dévaluant 
sa monnaie et a depuis laissé le yuan  CNY=CFXS  descendre vers 
un plancher de près de six ans, n'apaisant en rien les craintes 
suscitées par l'évolution de la conjoncture économique mondiale. 
    Certains observateurs craignent que la Chine, forte du 
succès avant tout diplomatique que représente l'entrée du yuan 
dans le "panier" du FMI, prenne encore tout son temps avant 
d'ouvrir un peu plus son marché et de réformer son secteur 
financier. 
    Une préoccupation manifestée clairement jeudi par Jack Lew, 
le secrétaire au Trésor des Etats-Unis, pour qui le yuan est 
"bien loin" d'avoir le statut d'une véritable monnaie de 
réserve, même s'il admet que des changements "colossaux" se sont 
produits ces dix dernières années.  
    "Etre intégré aux DTS du FMI est loin d'être équivalent à 
être une monnaie de réserve", a-t-il dit. 
    Bon nombre d'analystes ont le sentiment que réformer n'est 
plus la priorité d'un gouvernement chinois plus soucieux de 
stabiliser une économie dont la croissance est revenue en 2015 à 
son plus bas niveau depuis un quart de siècle. 
    "Le statut de DTS du renminbi vient confirmer la 
reconnaissance par la communauté internationale de l'ascension 
économique de la Chine et de ses efforts en matière de réformes 
de fond. Cela devrait constituer une force extérieure et un gage 
de confiance aptes à encourager la Chine à aller de l'avant dans 
les réformes", déclare Chi Lo, économiste senior Chine 
continentale de BNP Paribas Investment Partners à Hong Kong. 
     
    "LES RÉFORMES STRUCTURELLES NE SONT PLUS PRIORITAIRES" 
    "Pourtant, d'un point de vue stratégique, c'est devenu moins 
important car les réformes structurelles ne sont plus la grande 
priorité de Pékin depuis la décision rendue par le FMI l'an 
dernier; il s'agit maintenant, avant tout, de relancer la 
croissance du PIB". 
    De fait, à la différence d'autres monnaies composant les 
DTS, le yuan reste très encadré.  
    Des questions demeurent sur la manière dont Pékin gère sa 
monnaie en dépit des engagements répétés à donner aux marchés 
plus d'influence sur sa cotation journalière, pilotée par la 
banque centrale. Il est rare que le cours au comptant (spot) 
dévie beaucoup par rapport au cours pivot fixé par les autorités 
monétaires. 
    Des cambistes expliquent que les banques publiques 
interviennent de temps en temps pour le compte de la Banque 
populaire de Chine (BPC) lorsque cela se produit. 
    Reuters a rapporté cette année que les autorités chinoises 
accepteraient de voir le yuan tomber à une parité de 6,80 pour 
un dollar cette année, ce qui impliquerait un recul de 4,5%. 
    Le yuan se traite actuellement à 6,67 par dollar, en baisse 
de 2,7% par rapport au début de l'année. 
    "L'intégration du renminbi dans les DTS n'aura que des 
répercussions minimes sur la demande étrangère d'actifs en 
renminbi, ce qui n'offre qu'un soutien limité à la monnaie 
chinoise", note Capital Economics. 
    "A la rigueur, le risque est que les interventions 
officielles pour stabiliser le renminbi avant son inclusion 
soient nettement atténuées, laissant le champ libre à une 
nouvelle dépréciation". 
    Conçus à l'origine comme une alternative possible au dollar 
en tant que monnaie de réserve, les DTS n'ont jamais vraiment 
convaincu en dépit des grincements de dents suscités par 
l'omnipotence du billet vert.  
      
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant