Le Yémen suspend les négociations après l'attaque d'une base

le
0
    LE CAIRE, 1er mai (Reuters) - Le gouvernement yéménite a 
suspendu les négociations de paix directes, dimanche, après la 
prise par les miliciens chiites Houthis d'une base militaire au 
nord de la capitale Sanaa, ont déclaré deux membres de la 
délégation gouvernementale à ces pourparlers. 
    Plusieurs soldats ont péri dans l'assaut mené par les 
Houthis contre la base d'Oumalika. Contrairement à la majeure 
partie des unités militaires yéménites, celle base à Oumalika 
avait refusé de prendre parti pour un camp dans le conflit entre 
les Houthis et le gouvernement, qui a le soutien d'une coalition 
arabe dominée par l'Arabie saoudite. 
    Les Houthis avaient toléré cette neutralité, jusqu'à ce 
qu'ils lancent une attaque surprise contre la base, située dans 
la province d'Amran, et s'emparent de ses importants stocks 
d'armes, ont rapporté des responsables locaux. 
    "Nous avons suspendu sine die les séances (de 
négociations)pour protester contre cet acte militaire et la 
poursuite des violations de la trêve", a dit à Reuters un membre 
de la délégation gouvernementale aux négociations, qui se 
tiennent au Koweït. 
    Abdel Malek al Mekhlafi, ministre des Affaires étrangères du 
Yémen et plus haut délégué gouvernemental à ces négociations, a 
estimé que l'attaque de la base avait "torpillé" les 
négociations. 
    "Nous prendrons, au nom de notre peuple et de notre pays, 
les mesures qui s'imposent en réplique au crime commis par les 
Houthis à la base d'Oumalika à Amran", a écrit le ministre sur 
son compte officiel Twitter, sans donner de précisions. 
    L'agence de presse Saba, contrôlée par les rebelles houthis, 
a accusé ce week-end la coalition arabo-saoudienne et les forces 
gouvernementales d'avoir violé le cessez-le-feu à 4.000 
reprises, ajoutant que les bombardements, les raids aériens et 
les vols nocturnes des avions de combat alimentaient la tension. 
    Confortées par la trêve en vigueur depuis le 10 avril, les 
négociations au Koweït se sont poursuivis jusqu'à ces jours 
derniers et les Houthis ont déclaré samedi que l'Arabie saoudite 
avait libéré 40 prisonniers yéménites qu'elle détenait. 
     
     
 
 (Mohammed Ghobari, Noah Browning; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant