Le Yémen affirme avoir déjoué une vague d'attaques d'Al-Qaïda

le
0
Le Yémen affirme avoir déjoué une vague d'attaques d'Al-Qaïda
Le Yémen affirme avoir déjoué une vague d'attaques d'Al-Qaïda

Au lendemain de l'évacuation des personnels diplomatiques des Etats-Unis et du Royaume-Uni, le Yémen vit dans un état d'alerte maximum. Alors que la menace imminente d'attentats planait depuis plusieurs jours sur le pays, les autorités locales ont déclaré avoir identifié les cibles d'Al-Qaïda. Selon elles, l'organisation islamiste visait deux villes du sud et du sud-ouest, ainsi que des installations pétrolières. Le sabotage d'un gazoduc et des prises d'otage avaient également été planifiés.

«Le principal objectif [...] était de prendre le contrôle des villes de Moukalla et Bawazir», a déclaré un porte-parole du gouvernement, Rajeh Badi, «en cas d'échec de l'attaque, les membres d'Al-Qaïda avaient prévu de prendre en otage les étrangers travaillant sur les installations pétrolières», a-t-il ajouté. Le plan était de se rendre aux installations en tenues militaires en se présentant comme des soldats chargés de la sécurité. Il a été déjoué samedi, c'est-dire deux jours avant le passage à l'action prévu par les membres d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), considéré par les Etats-Unis comme la branche la plus active de la nébuleuse extrémiste.

Dans le cadre de cette vague d'attaques, des assauts de banques étaient aussi prévus dans le centre du pays, mais n'ont pas été exécutés, a indiqué le porte-parole sans donner plus d'explications.

Suite au démantèlement de ces attaques, les autorités locales n'ont pas fourni de renseignements sur de potentielles arrestations de membres d'Al-Qaïda. Sept d'entre eux ont été tués ce mercredi matin par une attaque de drone américain, la cinquième en onze jours.

L'Occident sur le qui-vive

Après une alerte lancée par les Etats-Unis qui avaient intercepté une conférence téléphonique (voir encadré), plusieurs chancelleries occidentales avaient fermé leurs représentations diplomatiques depuis le 4 août. Mardi 6, les Etats-Unis et le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant