Le whisky japonais séduit de plus en plus

le
0
Sur les quatre meilleurs whiskies du monde, deux sont une fois de plus japonais selon les résultats des 6e World Whiskies Awards of London, récompensant les meilleurs spiritueux.

S'il y a quatre ou cinq ans, les whiskies japonais relevaient presque de l'anecdote, force est de constater que les distilleries nippones se sont largement implantées dans le marché des spiriteux. Sur les quatre meilleurs whiskies du monde, deux sont une fois de plus japonais pour l'édition 2012 des World Whiskies Awards, organisés par le Whisky Magazine. La mise a été remportée dans les catégories meilleur whisky du monde blended malt par le Taketsuru 17 ans d'âge de chez Nikka, et dans la catégorie meilleur whisky du monde single malt avec le Yamazaki 25 ans d'âge de la maison Suntory.

Le groupe nippon Suntory est à l'origine des whiskies japonais, dans les années 1920. Il possède deux distilleries (Yamazaki et Hakushu) situées dans le Nord du Japon, qui élaborent des whiskies single malt et blended. Le groupe industriel diversifié possède par ailleurs trois distilleries écossaises. Son concurrent direct, Nikka, filiale d'un autre géant, Asahi, est venu un peu plus tard (1952) sur ce segment. Et détient également une distillerie en Ecosse. A elles seules, ces deux maisons se partagent presque l'ensemble du marché du whisky japonais mondial.

Si la marque Nikka est davantage implantée sur le marché français et européen, par le biais notamment de la Maison des Whiskies, qui en a l'exclusivité, Suntory se positionne plutôt sur le marché américain. Thierry Benitah, directeur général de la Maison des Whiskies, affirme: «L'entrée de gamme et le moyen de gamme est un peu plus cher pour les whiskies japonais par rapport aux whiskies écossais, mais pour les produits plus haut de gamme, et notamment plus vieux, le whisky japonais est moins cher, à qualité équivalente». Il faut compter 30 euros pour un whisky japonais d'entrée de gamme (en comparaison, l'une des marques de whisky écossais la plus vendue au monde, Label 5, coûte 12 euros). En montant dans la gamme, les whiskies japonais se situent entre 150 et 650 euros, des prix pouvant même aller jusqu'à 10.000 euros la bouteille pour un 50 ans d'âge.

La France, deuxième consommatrice de whisky japonais

En 2010, selon l'International Wine and Spirit Research (IWSR), il s'est consommé dans le monde 81 millions de litres de whisky nippon, ce qui représente 3,2% du marché de l'ensemble des whiskies. La consommation mondiale de whisky, tout confondu, s'élève à près de 2,7 milliards de litres. Les États-Unis sont les premiers importateurs de whisky japonais, avec un volume de 5,2 millions de litres. La France arrive en deuxième position, avec un peu moins de 3 millions de litres (2,9 millions).

En 50 ans, les Français ont adopté le whisky. Ils sont les premiers consommateurs de whisky écossais single malt, avec 135 millions de bouteilles par an, soit plus de deux bouteilles par personne. En comparaison, les Américains consomment 125 millions de bouteilles chaque année, selon le portail Planetoscope.

Les whiskies japonais, plus subtils et plus doux

Comment expliquer cet engouement pour le whisky japonais? Keinta Minari, responsable de la division whisky de Suntory pour la France, donne quelques clés de cette réussite: «Une des explications réside dans le style du whisky japonais, qui est subtil et complexe, là où le whisky écossais sera davantage fort et costaud.» Un avis partagé par Thierry Benitah de la Maison des Whiskies: «le whisky japonais est plus accessible que le scotch en termes de goût. Contrairement aux whiskies écossais, qui ont une légère amertume en finale, les whiskies japonais bénéficient d'une note finale douce, moelleuse et suave»

Selon Pierre Tissandier, responsable de la cave Whisky Lodge à Lyon, et responsable auparavant des whiskies chez Diageo, cette évolution n'a rien d'étonnant: «le whisky japonais se démarque notamment des whiskies écossais par une recherche d'exotisme, mais aussi par un marketing et un packaging très développés». Les distilleries écossaises pâtiraient d'un certain archaïsme, là où les whiskies japonais seraient plus modernes et plus esthétiques.

LIRE AUSSI:

» Les Japonais, nouveaux rois du whisky

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant