Le Web Summit, une aubaine pour l'économie du Portugal

le
0
Le Web Summit, une aubaine pour l'économie du Portugal
Le Web Summit, une aubaine pour l'économie du Portugal

Les bars de nuit des quais du Tage à Lisbonne se préparent à l'afflux de visiteurs participant au "Web Summit". Surnommée le "Davos des geeks", cette grand-messe du numérique devrait doper l'économie du Portugal, toujours fragile après avoir frôlé la faillite en 2011.Plus de 53.000 participants issus de 15.000 entreprises de 165 pays exploreront à partir de lundi la capitale portugaise, nouvelle ville hôte de cette conférence organisée pendant cinq ans à Dublin avant d'être délocalisée à Lisbonne.Ce sommet mondial des nouvelles technologies devrait avoir des retombées directes de 200 millions d'euros sur l'économie du Portugal, dont 50 millions pour l'hôtellerie, selon des estimations du gouvernement."L'impact indirect pourrait être encore nettement supérieur, car des centaines de grands investisseurs seront présents au Portugal", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Economie Manuel Caldeira Cabral. "Ils n'apportent pas seulement de l'argent, mais aussi un savoir-faire sur l'investissement dans les entreprises technologiques, ce qui est rare en Europe", poursuit-il.Outre les 50 millions d'euros pour l'hôtellerie, calculés en fonction de la dépense moyenne par visiteur, un impact du même montant est attendu pour les sous-traitants directs de la conférence. Le secteur des transports en profite aussi, dont la compagnie aérienne nationale TAP, avec des ventes en hausse de 15% pour les vols européens, tout comme les restaurants et les bars de nuit, lieux de rencontres privilégiés des habitués du Web Summit.- "Les nuits lisboètes" -"La nuit, nous serons dans les rues de Lisbonne, avec des dizaines de milliers d'entrepreneurs qui échangent des idées et, je l'espère, concluent des affaires. C'est passionnant!", explique le patron du Web Summit, Paddy Cosgrave, un Irlandais décontracté de 33 ans.Les sorties nocturnes peuvent parfois servir de tremplin pour les start-up. Ainsi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant