Le Web français s'élève contre la surveillance des internautes

le
0
En France, depuis mars, un décret oblige les éditeurs à conserver pendant un an les mots de passe des internautes.

Pseudonyme, adresse e-mail, mot de passe, date et heure de la connexion, opération effectuée...: toutes les informations confiées par un internaute lorsqu'il crée un compte sur un site comme YouTube ou Dailymotion doivent être conservées par les éditeurs de ces plates-formes pendant un an. C'est ce que prévoit depuis un mois le décret paru au Journal officiel le 2 mars dernier. Ces données peuvent être réclamées lors d'enquête par la police, la douane, le fisc, la répression des fraudes...

«Choquée» par ce texte, l'Association des services Internet communautaires (Asic), qui réunit notamment Facebook, Google, Dailymotion et Priceminister, engage mercredi un recours en annulation contre ce décret devant le Conseil d'État. «Plusieurs éléments posent problème, notamment le fait qu'il n'y a pas eu notification de la Commission européenne», a déclaré, mercredi, Benoît Tabaka, secrétaire de l'Asic et directeur juridique du site Priceminister. Il a pri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant