« Le vrai problème du Louvre n'est pas la crue, mais ce qu'elle a révélé »

le
0
Dans le pavillon Mollien du Louvre, des oeuvres d'art grec protegees, en prevision d'une eventuelle inondation des salles du musee le 3 juin 2016.
Dans le pavillon Mollien du Louvre, des oeuvres d'art grec protegees, en prevision d'une eventuelle inondation des salles du musee le 3 juin 2016.

A la fin de l’année, le Louvre pourrait avoir perdu 1,7 million de visiteurs en quatre ans, rappelle Michel Guerrin, rédacteur en chef du « Monde ». Inquiétant ?

Le patron du Louvre a regardé la Seine monter. Il a cerné les scénarios, une infiltration par le sol ou, pire, le déversement de l’eau par le rez-de-chaussée, mais rien n’est arrivé. Pas une trace d’humidité. Près de 35 000 œuvres montées dans les étages en une nuit et une journée, et pas un incident.

« L’exercice de mars a été précieux », confie Jean-Luc Martinez, le président du Louvre. Le 9 mars, le musée avait fait une simulation d’inondation avec évacuation des réserves. Mais cette fois, ce n’était pas un exercice. Et puis ce ne sont pas seulement des réserves qui ont bougé, mais des milliers d’œuvres exposées au public.

« Déménager des salles d’exposition, ça, on n’avait jamais fait. » Notamment une partie du département des Arts de l’islam, et l’exposition temporaire « Hubert Robert ». Quand la fébrilité pointait, Jean-Luc Martinez répétait aux équipes qu’elles avaient soixante-douze heures. « Ce n’est pas un sprint, c’est un marathon. »

Après cinq jours de fermeture, Le Louvre a rouvert, le 8 juin. Mais pas les Arts de l’islam. « Il faudra attendre la mi-juillet ou la fin juillet. » Pourquoi tant de temps ? « C’est beaucoup plus simple de retirer que de remettre en place. »

Spirale infernale vers le bas Donc, ouf, tout va bien ? Non. Le vrai problème du Louvre n’est pas la crue, mais ce qu’elle a révélé. Le plus grand musée au monde a perdu 120 000 visiteurs en cinq jours de fermeture. Une goutte d’eau pour un musée qui accueille des millions de personnes.

Combi...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant