Le vrai-faux virage social de François Fillon

le
0
François Fillon, candidat à la primaire de la droite, en meeting mardi à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
François Fillon, candidat à la primaire de la droite, en meeting mardi à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Une once de douceur dans un choc libéral. C'est en résumé ce qui ressort du discours du plus thatchérien des candidats à la primaire prononcé mardi à Boulogne-Billancourt, devant quelque 1 200 personnes. À la potion ultra-libérale qu'il a concoctée dans son programme, François Fillon a ajouté un zeste de mesures en faveur des classes moyennes et en particulier des familles. « La libération du travail, je l'accompagnerai d'un vrai soutien au pouvoir d'achat des classes moyennes avec la fin de la mise sous condition de ressources des allocations familiales, la revalorisation du quotient familial et la suppression de la dernière cotisation salariale assurance maladie », a déclaré François Fillon. Au total, le candidat (Les Républicains) à la primaire de la droite entend ainsi « redonner 10 milliards de pouvoir d'achat supplémentaire aux classes moyennes ».

Autre annonce importante : un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et l'exclusion qui doit permettre un « accompagnement individualisé » des politiques d'intervention sociale. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a notamment tenu à rassurer les associations qui travaillent dans le social et qui craignent un tarissement des dons qu'elles obtiennent par la défiscalisation avec la suppression de l'ISF, que prône François Fillon. « J'entends leur message et je proposerai donc de transférer cette déductibilité à l'ompôt sur le revenu, sous condition de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant