Le vrai coût d'une copropriété

le
0
Depuis dix ans, les charges de copropriété augmentent régulièrement . Et ce n'est pas fini ! Explications.

Le poids croissant des charges constitue une épée de Damoclès pour les 560 000 co propriétés de France, soit 6,2 millions de logements. Même si une bataille de chiffres oppose l'Unis, principal syndicat des syndics professionnels, à l'Association des responsables de copropriété (ARC), le constat est sans équivoque : les dépenses de copropriété augmentent sensiblement et de façon continue depuis dix ans. Et cette tendance devrait se poursuivre, alimentée par la flambée annoncée du prix de l'énergie (gaz, fioul). En plus des gros travaux à réaliser dans leurs immeubles vieillissants, les copropriétaires doivent aussi prendre en compte les nouvelles mesures (pour l'instant incitatives) inscrites dans le cadre de la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010. Objectif de ce texte : inciter les propriétaires d'immeubles d'habitation à mener une rénovation énergétique pour réduire à terme la con sommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Pris dans cet étau de contraintes techniques et environnementales, de plus en plus de copropriétaires n'auront pas les moyens de financer ces dépenses supplémentaires.

En attendant l'éventuelle mise en place d'un éco-PTZ destiné aux copropriétés, quelle parade adopter ? «Changer les comportements et adopter une attitude responsable», lance en préambule Thierry Winzelle, PDG de Syndic +.

La plupart des professionnels de la gestion d'immeubles conseillent d'agir poste par poste pour mener une chasse au gaspillage efficace.

Chauffer mieux pour consommer moins

Représentant 30 à 40 % des charges, le poste chauffage est de loin le plus coûteux. Ces deux dernières années, les tarifs du gaz ont fait un bond d'environ 30 %. Que faire ? Il est possible de changer une chaudière vétuste, mais il est aussi possible «d'installer sur un équipement en place des brûleurs plus performants, de prévoir un récupérateur de chaleur ou un système d'autorégulation des périodes de chauffe selon les moments de la journée», détaille Jean-Luc Lieutaud, membre de la commission copropriété de l'Unis.

La consommation d'eau peut aussi être limitée. «La pose de compteurs individuels dans les appartements peut faire chuter la consommation dans les parties privatives d'un immeuble d'environ 20%», souligne un syndic bordelais. Enfin, dernier gisement d'économie possible : les contrats de l'immeuble (entretien, assurance ou maintenance). «Il en existe parfois jusqu'à vingt dans une copropriété. C'est trop», affirme Thierry Winzelle. Il est souvent possible de faire le ménage, de renégocier un tarif ou encore de résilier un contrat vieux de dix ou vingt ans.

Loi Grenelle2 sur la copropriété: les décrets tardent

Plusieurs mesures concernant la copropriété figurent dans la loi Grenelle2 du 12juillet2010, dont l'assouplissement des règles de vote en assemblée générale pour décider de la réalisation de «travaux d'intérêt collectif» ou encore la réalisation d'un audit ou d'un diagnostic de performance énergétique (DPE). Mais plus d'un an après le vote de ce texte, peu de décrets d'application sont parus. «Celui sur l'audit énergétique obligatoire à partir de 2012 est prêt», assure-t-on à l'ARC. Le dernier décret publié date du 25juillet 2011. Il concerne l'installation (facultative) d'équipements de recharge pour les véhicules électriques dans les garages et de stationnements sécurisés pour les vélos, à compter du 1erjanvier2015.

LIRE AUSSI :

» Gérer sa copropriété ou ses biens locatifs en ligne

» Peut-on encore facilement louer un logement en meublé ?

» Immobilier : les Français veulent un blocage des prix

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant