Le vrai casse-tête fiscal commence maintenant

le
19
DÉCRYPTAGE - Le coût des TVA réduites pour la restauration et les travaux représentent 10% des niches fiscales. Un symbole qui coûte cher et qui commence à se fissurer.

Maintenant que le budget 2013 est en passe d'être voté, le gouvernement va pouvoir passer aux choses sérieuses en matière de fiscalité! Les quelque 15 milliards de taxes supplémentaires adoptées dans le cadre du PLF 2013, auxquels s'ajouteront 5 milliards prévus dans le budget de la Sécurité sociale, ressemblent presque à une promenade de santé comparés aux chantiers qu'il s'apprête à ouvrir dans les prochains mois.

Vers une hausse de la TVA restauration»?

En témoigne la valse-hésitation sur le sujet, ô combien symbolique, de la TVA restauration. Évoquant le taux de 7 % dont bénéficient les restaurateurs, le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac a indiqué en début de semaine ne pas croire «que les choses pourront durablement rester en l'état, ou alors il faudrait que les restaurateurs respectent scrupuleusement le contrat passé à l'époque avec les autorités publiques».

Le rapporteur général du budget Christian Eckert (PS) a brièvement évoqué, lui aussi, un relèvement de cette TVA réduite durant la discussion budgétaire au Parlement, avant de faire rapidement machine arrière. Tant et si bien qu'hier Europe 1 indiquait que le gouvernement prévoyait une hausse de la TVA restauration à 11 % ou 12 %. Informations fermement démenties par l'Élysée quelques minutes après.

«Rien n'est exclu»

Il n'empêche. Derrière ces couacs, l'exécutif réfléchit bien, d'une manière ou d'une autre, à relever la TVA réduite. Le président de la République lui-même l'a indiqué. «Rien n'est exclu», a-t-il déclaré en septembre lorsqu'on l'interrogeait sur les pistes pour financer les allégements de charge censés garantir un regain de compétitivité. Cela veut dire une hausse de CSG, mais aussi une fiscalité écologique ou encore un relèvement de certains taux réduits de TVA.

À l'heure où les Français sont appelés à se serrer la ceinture sous une pression fiscale record, il n'est sans doute pas inutile de rappeler que les TVA à 7 % (anciennement 5,5 %) sur les travaux et sur la restauration occupent la première et la quatrième places des niches fiscales les plus coûteuses pour l'État, avec respectivement 5,3 et 3 milliards d'euros. Soit plus de 10 % du coût total des niches fiscales.

70 milliards d'euros

Instaurée en 1999, la TVA réduite pour les travaux a donc déjà coûté 60 milliards aux finances publiques, et celle sur la restauration 10 milliards. L'équivalent de deux «chocs de compétitivité» prônés par Louis Gallois, ou de deux grands programmes d'investissement de Nicolas Sarkozy. La survie des artisans et des restaurateurs (métiers par définition non délocalisables) avait peut-être un prix. Mais celle de l'industrie en a un, aussi.

Le gouvernement osera-t-il, malgré ses dénégations, s'attaquer à ces deux grands lobbys qui pèsent plus en termes de bulletins de vote que les quelques milliers de «pigeons» entrepreneurs? À défaut, il n'aura guère que deux autres solutions: augmenter massivement la CSG, ce qui pèse d'une manière ou d'une autre sur le pouvoir d'achat, ou bien réduire la dépense publique, bien davantage qu'il ne l'a fait jusqu'à présent. D'une manière ou d'une autre il lui faudra donc faire preuve d'un vrai courage fiscal...

LIRE AUSSI:

» Budget: la droite dénonce «le tout fiscal»

» Compétitivité: du leurre dans les épinards

» Le budget 2013 placé sous le signe d'une rigueur historique

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e.mugler le lundi 22 oct 2012 à 10:59

    d'accord aussi, et vivement la dissolution de l'assemblée ...sinon ; la rue

  • nico.bai le lundi 22 oct 2012 à 10:37

    d accord avec birmon 15 ouveaux impots en 4mois ils font fort la solution est bien de reduire les depenses de l etat car trop d impots c est trop et descendre dans la rue est le seul remede qui pourrait les faire reagir

  • M362321 le lundi 22 oct 2012 à 09:34

    Et la diminution des fonctionnaires ? l'alignement des retraites sur le privé ? l'alignement des jours de carence d'arrêt maladie sur le privé ? la limitation de la folie des grandeurs des élus ? etc. Continuez, on va droit dans le mur !

  • M8020412 le lundi 22 oct 2012 à 00:34

    10 milliards d'euros d'impôts supplémentaires sur nos entreprises: effet de hausse des prix de ces entreprises, et perte de compétitivité.10 milliards d'euros d'impôts supplémentaires sur les ménages: effet dépressif par les consommations de produits français et effet débilitants par la diminution de l’épargne placée dans les entreprises.10 milliards d'euros de dépenses de l'Etat supprimées, surtout par moins d'achat des produits français: effet dépressif sur nos entreprises.

  • gnapi le dimanche 21 oct 2012 à 22:20

    Tva sur les arts vivants du spectacle en Corse: 2,1%.Sinon 5,5% ailleurs.C'est clair que l'Opéra c'est 'achement un produit de première nécessité.Et notre dispendieux et généreux régime des itnermittents du spectacle n'empêche nullement un exode massif des quelques talents dans la création de films d'animation où l'ecole française est mondialement reconnue. Par exemple.Comme quoi on met les priorités (dans la culture) un peu n'importe où.

  • M8474231 le dimanche 21 oct 2012 à 19:04

    Diminuer les charges de l'Etat? Tout sauf retirer des privilèges à ceux qui fonctionnent plus qu'ils ne travaillent!

  • M3182284 le dimanche 21 oct 2012 à 14:23

    augmenter les taux quand l'assiette baisse..c'est autoréalisant: quand on vous donne un coup de fusil, l'année suivant vous vous baissez. J'ia hâte de suivre les rentrées fiscales des années prochaines

  • birmon le dimanche 21 oct 2012 à 10:50

    En l'absence d'économies du train de vie de l'Etat et des collectivités locales, toute augmentation de la fiscalité est à présent devenue insupportable et donnera lieu à des manifestations d'humeur violentes.

  • amathie7 le dimanche 21 oct 2012 à 08:17

    L'absence de taxes à un coût pour l'état. Oui mais les taxes ont un coût pour les Français. Finalement, je préfère la 1ère solution.

  • ceriz le samedi 20 oct 2012 à 14:24

    supprimer la moitié des 602000 élus en france! payés à mettre la france en dettes! donc..... ne servent à rienet ensuite baisser les coûts de structure de l'état!!!!!!!!!!!