Le vote "historique" au Sénat sur l'accord iranien réjouit Obama

le
1

par Patricia Zengerle WASHINGTON, 11 septembre (Reuters) - Barack Obama a peut-être enregistré la plus importante victoire de sa présidence en matière de politique étrangère avec le blocage au Sénat de l'initiative lancée par la majorité républicaine pour rejeter l'accord conclu avec l'Iran sur son programme nucléaire. Quarante sénateurs démocrates et deux indépendants se sont opposés à ce que la "motion de désapprobation" présentée jeudi par les républicains soit examinée, empêchant de fait un débat sur le texte puis sa mise aux voix. "Ce vote est une victoire pour la diplomatie, pour la sécurité nationale des Etats-Unis et pour la sécurité du monde", a réagi le président démocrate dans un communiqué, saluant dans l'issue de ce vote à la chambre haute du Congrès "un pas historique en avant". Dans une tribune qu'ils ont co-signée et publiée dans le Washington Post, Angela Merkel, François Hollande et David Cameron avaient pris la défense de l'accord conclu le 14 juillet à Vienne entre l'Iran et les puissances du P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne + Allemagne). "Le Congrès américain se prononce cette semaine sur le soutien ou non à cet accord", écrivent la chancelière allemande, le président français et le Premier ministre britannique. "C'est un moment important. C'est une occasion décisive, en ces temps de grande incertitude dans le monde, de montrer ce que peut faire la diplomatie." (voir ID:nL5N11G4EO ) Conclu au terme de douze années d'efforts et de crises diplomatiques, l'accord de Vienne prévoit un encadrement des activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive du régime de sanctions frappant la république islamique. "CETTE AFFAIRE EST TERMINÉE" En dépit de leur échec au Sénat, les républicains, majoritaires au Congrès et appuyés par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, farouche opposant à l'accord de Vienne, n'ont pas dit leur dernier mot. Mitch McConnell, leur leader à la chambre haute, a annoncé qu'il prendrait les mesures nécessaires pour qu'un nouveau vote soit organisé. "Nous verrons si peut-être certains souhaitent changer d'opinion", a-t-il dit. Mais son homologue démocrate, Harry Reid, lui a répondu en affirmant qu'un nouveau vote produirait un résultat identique. "Cette affaire est terminée", a poursuivi le sénateur du Nevada, appelant les républicains à passer à autre chose, dont un vote sur le budget pour éviter que l'administration fédérale soit contrainte à un nouveau "shutdown", ou fermeture partielle, à l'amorce de la nouvelle année fiscale, qui débute le 1er octobre. Aux termes d'une loi signée en mai par Obama, le Congrès dispose d'une période de 60 jours, soit jusqu'au 17 septembre, pour adopter éventuellement une résolution désapprouvant l'accord de Vienne. Même si les républicains parvenaient à leur fin, le président démocrate pourrait alors recourir à son droit de veto, qui ne peut être invalidé que par un vote à la majorité des deux tiers à la Chambre des représentants comme au Sénat. Un objectif guère plausible à la chambre haute, puisqu'il suffirait que 34 sénateurs soutiennent le veto pour qu'il soit impossible de l'invalider. A la Chambre des représentants, John Boehner, le président républicain de l'assemblée, a toutefois indiqué que ses collègues du Parti républicain feraient tout ce qui était en leur pouvoir pour s'opposer à l'accord sur le programme nucléaire iranien. (voir ID:nL5N11G3XC ) (avec Richard Cowan et Matt Spetalnick; Pierre Sérisier, Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 11 sept 2015 à 13:31

    Les USA ont besoin de l'Iran pour combattre les islamistes, du moins, ceux qu'ils ne soutiennent pas...