Le vote des seniors en majorité à droite

le
0
La droitisation de la campagne de Nicolas Sarkozy n'a pas convaincu les moins de 60 ans.

Par Luc Rouban, directeur de recherche (CNRS - Cevipof)

Les jeunes ne seront pas l'avenir de la France. Ce seront les vieux. En 2012, les plus de 65 ans représentent 17 % de l'électorat. En 2030, ils constitueront 30 % de la population. Ce vieillissement général est porteur d'enjeux politiques centraux, comme celui des retraites ou de la dépendance, qui ont été à peine effleurés lors de la campagne, étant donné leur poids financier, certes, mais encore leur poids social. Car derrière l'opposition entre les «seniors» et les «jeunes» se joue celle de l'accomplissement privé (l'otium des Romains) et du travail (le negotium).

L'affrontement entre Nicolas Sarkozy et François Hollande s'est nourri de l'équilibre différent que chacun donnait à la production et à la rente. Derrière le vote des seniors se cache donc toute l'angoisse concernant l'avenir du modèle social français, mais encore celui de leurs familles, qu'ils voient parfois péricliter et retomber soci

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant