Le visage public des Khmers rouges est mort

le
0
Le décès de Ieng Sary, l'ancien ministre des Affaires étrangères du Kampuchéa démocratique, intervient sans qu'il ait pu expliquer son rôle dans le génocide cambodgien.

Nouveau coup dur pour le tribunal international chargé de juger les anciens dirigeants khmers rouges. L'ancien ministre des Affaires étrangères du régime, Ieng Sary, est décédé jeudi à l'âge de 87 ans sans avoir pu expliquer son rôle dans régime responsable de la mort d'environ 1,7 million de Cambodgiens entre 1975 et 1979. Le «Frère numéro trois» - le «Frère numéro un» étant Pol Pot, le leader du Kampuchéa démocratique - était jugé depuis 2011 pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'Humanité. Malade du c½ur, il était hospitalisé depuis dix jours.

C'est sous le nom de sous le nom de Kim Trang que Ieng Sary naît en 1925 au sud du Vietnam, dans une famille modeste d'ethnie khmère. Dans les années 1950, il fait ses études en France, où il se familiarise avec l'idéologie marxi...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant