Le village des Barbapapas est à vendre

le
0

EN IMAGES - Non loin de Saint-Dié-des-Vosges, cet ensemble immobilier des années 70 évoquant l'univers des Barbapapas est à vendre pour 800.000 euros.

Les temps sont durs pour les Barbapapas. La semaine dernière, avec le décès du dessinateur américain Talus Taylor, les célèbres personnages multicolores perdaient l'un de leurs pères. Et désormais, avec la mise en vente de leur village situé à Raon-l'Etape dans les Vosges, ils risquent de se retrouver sans domicile fixe!

Plus précisément, et plus sérieusement, cet ensemble de maisons-bulles évoquant clairement l'univers des Barbapapas est connu sous le nom «Ile Haüsermann», d'après le patronyme de son architecte. Décédé en 2011, ce créateur suisse a été l'un des chantres de «l'architecture-sculpture» avec ses formes organiques en béton projeté et sa chasse aux angles droits. L'un de ses homologues les plus célèbres, le Hongrois Antti Lovag, a notamment réalisé le «Palais Bulle de Pierre Cardin» avant de disparaître en septembre dernier.

Actuellement exploité comme un hôtel (sous l'appellation Museumotel), cet ensemble comprenant un bâtiment principal de 150 m2 encadré de 9 pavillons (6 bungalows-bulles pour 2 personnes et 3 bungalows-bulles pour 5 personnes) est désormais à vendre au tarif affiché de 800.000 euros.

Avec cette acquisition, le nouveau propriétaire pourra à loisir se glisser dans la peau de Barbalala, Barbouille, Barbidur ou Barbidul dans un décor garanti 100 % seventies. Décoration orange de rigueur, parois courbes, portes et cheminées biscornues sans oublier la bucolique rivière dont les deux bras entourent l'île, ni les 4100 m² de jardin. Evidemment, durant les hivers vosgiens, les 405 m² habitables de cette demeure classée monument historique peuvent se révéler moins agréables ou plus compliqués à chauffer...

«L'éclairage, qui joue sur l'orientation, la taille et la forme des baies, accentue la singularité de chaque pièce, précise la présentation réalisée par l'agence Architecture de collection, chargée de la vente. La qualité des espaces s'allie à une décoration originale, dominée par le blanc et la couleur. Soignant les moindres détails (porte d'entrée, cheminée, etc.), Pascal Haüsermann a conçu une œuvre d'art totale, entre nature et architecture.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant