Le Vietnam va imposer de nouvelles restrictions aux internautes

le
0
Le Vietnam va imposer de nouvelles restrictions aux internautes
Le Vietnam va imposer de nouvelles restrictions aux internautes

Le Vietnam a dévoilé un nouveau décret qui va interdire le partage d'articles d'actualité sur les blogs et les réseaux sociaux, une décision vue par les internautes comme une nouvelle tentative de limiter la liberté d'expression. Le texte, appelé Décret 72, a été rendu public mercredi et entrera en vigueur en septembre. Il stipule que les internautes ne pourront pas utiliser les réseaux sociaux pour partager ou échanger des informations sur l'actualité.Les blogs, Facebook ou Twitter, de plus en plus populaires pour contourner la censure du régime communiste, ne pourront être utilisés que pour "fournir ou échanger des informations personnelles", selon une copie du décret signé par le Premier ministre Nguyen Tan Dung.Les utilisateurs de réseaux sociaux ne seront pas autorisés à "citer des informations générales (...), des informations des journaux, d'agences de presse ou de sites contrôlés par l'Etat", a déclaré Hoang Vinh Bao, responsable du Département de la Radio, télévision et information, cité par le site d'informations VNExpress.Il n'est pas clair à ce stade comment les nouvelles règles seront appliquées ni les peines liées à leur non respect, mais elles pourraient en théorie interdire le partage de liens ou la discussion d'articles publiés même par la presse officielle, selon des observateurs d'internet.Le décret interdit également aux fournisseurs de service internet de "fournir des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l'ordre social et l'unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d'organisations, l'honneur et la dignité des individus".Selon le ministre adjoint de l'Information Le Nam Thang, cité par le site VietnamNet, l'objectif est que les internautes "trouvent des informations correctes et propres".Le Vietnam, où journaux et télévisions sont contrôlés par l'Etat, est considéré comme un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant