Le Vietnam monte en puissance dans le cacao

le
0

Après le café et le caoutchouc, le cacao. Le Vietnam, qui est devenu en une quinzaine d'années un des premiers producteurs mondiaux de café, souhaite maintenant se tourner vers la fève de cacao. L'objectif public actuel est de produire 50.000 tonnes de fèves fermentées  à l'horizon 2020, mais il sera vraisemblablement ajusté à la hausse en cours de route, comme cela s'est déjà vu dans la production de caoutchouc.

Le Vietnam dispose pour le moment de 20.000 hectares de cacaoyers, produisant 5000 tonnes par an, soit dix fois plus de surfaces plantées qu'en 2005. Les autorités invitent les paysans à planter dans les mois qui viennent  50.000 hectares supplémentaires de cacaoyers dans dix provinces, pour répondre à la demande mondiale qui serait dans les prochaines années supérieure à l'offre actuelle. Le Ministère de l'agriculture révisera les plans d'utilisation des sols en fonction des propositions des communautés villageoises.

Les cacaoyers pousseront parmi d'autres espèces,  palmiers à huile ou arbres à noix de cajou, une approche qualitative qui devrait intéresser les petits agriculteurs se consacrant jusqu'ici à un seul produit. Le cacao demande moins de main d'½uvre que le café ou le caoutchouc, et se prête mieux à l'exploitation individuelle. Il est moins consommateur en eau que le café, et peut constituer un revenu de complément dans un contexte de baisse des prix du caoutchouc, d'après le directeur du centre national d'expansion de l'agriculture, un organisme public. Il est aussi plus sensible aux maladies, ce qui a limité son développement au Vietnam jusqu'ici.

Le Vietnam importe 10.000 tonnes de cacao par an pour transformation et consommation locale. Le gouvernement encourage la coopération entre organismes publics et capitaux privés pour développer le secteur.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant