Le Vietnam accuse à nouveau la Chine de violer sa souveraineté

le
0
    HANOI, 2 janvier (Reuters) - Le gouvernement vietnamien a 
accusé Pékin d'avoir violé sa souveraineté et les termes d'un 
accord conclu récemment en procédant à un vol d'essais sur une 
piste d'atterrissage que la Chine a fait construire dans les 
îles Spratleys, archipel au statut contesté de mer de Chine 
méridionale.  
    Selon le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires 
étrangères, la piste "a été construite illégalement sur le récif 
de Fiery Cross, qui fait partie des Spratleys vietnamiennes".  
    L'initiative, qui porte "gravement atteinte à la 
souveraineté du Vietnam  (...), est contraire aux idées communes 
des hauts responsables des deux pays et à l'accord sur les 
principes de base définis pour régler les différends maritimes 
entre le Vietnam et la Chine", ajoute-t-il dans un communiqué.  
    Une protestation officielle a été remise à l'ambassade de 
Chine.   
    Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine 
méridionale, malgré les prétentions du Vietnam, des Philippines, 
de Taiwan, de la Malaisie et du sultanat de Bruneï.  
    Le président Xi Jinping s'est rendu en novembre à Hanoï et 
les deux pays se sont engagés à cette occasion à bâtir une 
relation de confiance ainsi qu'à régler leurs contentieux de 
façon pacifique.  
    Le PC vietnamien, traditionnellement proche de Pékin, 
tiendra son congrès quinquennal ce mois-ci, ce qui pourrait 
donner lieu à une redistribution des responsabilités, or les 
tensions en mer de Chine ont donné lieu à un rapprochement avec 
les Etats-Unis.  
 
 (Ho Binh Minh, Jean-Philippe Lefief pour le service français, 
édité par Claude Chendjou) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant