Le verdict d'un ancien garde d'Auschwitz attendu vendredi

le
0
    BERLIN, 17 juin (Reuters) - La justice allemande doit rendre 
vendredi son verdict au procès de Reinhold Hanning, un ancien 
officier SS et garde du camp d'Auschwitz aujourd'hui âgé de 94 
ans, accusé de complicité dans l'assassinat d'au moins 170.000 
personnes. 
    Le parquet a requis six ans de prison à l'encontre de 
Reinhold Hanning, accusé d'avoir facilité les mises à mort 
commises dans le plus grand camp d'extermination du Troisième 
Reich, en Pologne occupée par les nazis. 
    Le procès, qui s'est ouvert le 11 février, et pourrait 
compter parmi les derniers de l'Holocauste, se tient à Detmold, 
dans l'ouest de l'Allemagne. Le procès a duré quatre mois parce 
que les audiences ont été limitées à deux heures consécutives 
chaque jour, en raison de l'âge de l'accusé. 
    La défense a demandé à ce que Reinhold Hanning soit 
acquitté, déclarant qu'il n'avait jamais personnellement tué, 
frappé ou maltraité quiconque dans son rôle de garde du camp. 
    Des témoignages d'une dizaine de survivants, certains du 
même âge que l'ancien garde, ont été entendus, racontant leur 
expérience concentrationnaire, l'odeur des corps brûlés et les 
entassements de cadavres.   
    Reinhold Hanning est resté silencieux, immobile et les yeux 
baissés pendant la majeure partie de son procès. 
    Il n'a pris la parole qu'à la fin du mois d'avril, pour 
demander pardon aux victimes. Il a dit qu'il regrettait d'avoir 
fait partie d'une "organisation criminelle" qui avait tué tant 
de personnes et causé tant de souffrances.  
    "J'ai honte d'avoir laissé survenir des injustices en toute 
connaissance de cause et de n'avoir rien fait pour m'y opposer", 
a-t-il dit devant la cour, lisant un texte. 
    Reinhold Hanning n'est pas accusé de participation directe à 
des massacres. Mais le parquet de Dortmund ainsi que des 
dizaines de plaignants associés venus d'Allemagne, de Hongrie, 
d'Israël, du Canada, de Grande-Bretagne et des Etats-Unis 
l'accusent d'avoir aidé le camp à fonctionner. 
    Il existe un précédent pour de tels chefs d'accusation : en 
2011, le garde du camp d'extermination de Sobibor, Ivan 
Demjanjuk, a été condamné à cinq années de prison par un 
tribunal de Munich.  
    Oskar Gröning, un ancien comptable du camp d'Auschwitz âgé 
de 94 ans, a été condamné en juillet 2015 à une peine de quatre 
ans de réclusion après avoir été reconnu coupable de complicité 
dans la mort de 300.000 personnes.   
    Outre Hanning, un homme et une femme sont accusés de 
complicité dans le meurtre de centaines de milliers de personnes 
à Auschwitz. Au début du mois, un autre ancien gardien du camp 
d'Auschwitz, Ernst Tremmel, est mort à l'âge de 93 ans quelques 
jours avant l'ouverture de son procès.   
 
 (Elke Ahlswede; Julie Carriat pour le service français, édité 
par Danielle Rouquié) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant