Le Venezuela face à la violence postélectorale

le
0
Le chaviste Nicolas Maduro rejette l'appel au dialogue du chef de l'opposition, Henrique Capriles.

Mardi soir, les pro et antichavistes se sont affrontés dans de nombreuses villes à coup de décibels. D'un côté, les membres de l'opposition tapaient sur des casseroles dans la rue ou à leur balcon. De l'autre, les partisans de Nicolas Maduro ont improvisé des concerts un peu partout dans le pays. Si la tension est toujours forte dans les artères des principales villes du pays, ces manifestations se sont déroulées dans un climat moins violent que celles de la veille qui avaient vu s'affronter physiquement les deux groupes, faisant au moins sept morts, la plupart en province. Le ministre de l'Intérieur a annoncé que six des sept personnes décédées appartenaient au parti au pouvoir, le PSUV. Le septième est un policier. Les incidents font souvent suite à l'arrivée de bandes de motards prochavistes qui viennent au contact des manifestants. Les armes circulant très f...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant