Le Vendée Globe gonfle les voiles de l'économie locale

le
0
Le Vendée Globe gonfle les voiles de l'économie locale
Le Vendée Globe gonfle les voiles de l'économie locale

« C'est du pain bénit. » Difficile d'imaginer plus large sourire barrant la figure de François Riou, le directeur de l'office de tourisme des Sables-d'Olonne (Vendée). Lors de la dernière édition de la course autour du monde en solitaire et sans escale, en 2012, 1,8 million de visiteurs étaient venus fouler les pontons de cette station balnéaire. Record à battre.

 

« Les hôtels sont occupés à 100 %. Les hébergements sont pleins jusqu'à Noirmoutier. Globalement, c'est un rythme de haute saison pendant deux ou trois semaines. » Sous le franc soleil, l'office de tourisme voit passer 1 500 personnes par jour. Mais l'effet Vendée Globe ne joue pas que sur le départ et l'arrivée de la course. « Sur le long terme, ce qu'on observe c'est que l'été qui suit un Vendée Globe est toujours une bonne saison touristique », décrypte-t-il.

 

Clientèle internationale

 

Le coup de projecteur est mondial. « Nous avons calculé que l'impact médiatique était équivalent à une campagne publicitaire de 188 M€ rien que sur le territoire français pour la dernière édition, souligne Wilfrid Montassier, le président de Vendée Expansion. On surfe sur l'événement pour promouvoir la Vendée. » De leur côté, les entrepreneurs locaux cherchent à séduire une clientèle d'affaires française mais aussi internationale. « En ce moment, nous accueillons 140 Japonais, c'est la première fois, indique le président de Vendée Expansion. Ils sont là grâce à Kojiro Shiraishi, le premier Asiatique à prendre le départ de la course, qui fait le buzz dans toute l'Asie. »

 

Les PME vendéennes sont très impliquées dans le Vendée Globe. Trente d'entre elles parmi les plus importantes sont montées au capital de la société d'économie mixte qui organise la course. « En 2003, elles ont acquis 15 % du capital. C'était il y a treize ans, elles sont toujours là, ce n'est pas un hasard », se félicite le président de l'épreuve, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant