Le Vélodrome entre espoir et attentes

le
0
Le Vélodrome entre espoir et attentes
Le Vélodrome entre espoir et attentes

Il n'aura même pas fallu attendre le retour des résultats. Celui de perspectives plus radieuses, d'un avenir peut-être heureux, aura suffi. Sombre comme jamais depuis près d'un an, le Vélodrome a retrouvé hier des couleurs pour la première à domicile de l'ère McCourt. Et de la ferveur, surtout. Alors que l'affluence moyenne depuis le début de saison n'atteignait pas les 30 000 spectateurs, plus de 57 000 supporteurs de l'OM se sont déplacés face à Bordeaux. Venu au stade avec son épouse Monica, le propriétaire américain a pu apprécier, le temps d'une soirée, le grand retour des tifos — un « Yes we can » sur mesure — et des vibrations. Il faut dire que les nouveaux patrons avaient lancé l'opération séduction. Des places à prix cassés, voire gratuites pour les moins de 14 ans, une réunion avec les leadeurs de groupes de supporteurs, et même un tweet présidentiel, hier midi, saluant ces fans « formidables ».

 

Envie de beau jeu

 

« Mais même sans ça, on serait venus, glissait avant le match Karim, la vingtaine. Plus que la com, ce sont les premières décisions qui ont relancé la machine. Guignol et compagnie, c'est fini. Un nouveau président, un nouveau directeur sportif, un nouveau coach, il y a de la curiosité, on a forcément envie de voir. » Et pas de voir n'importe quoi. « Ce qu'on attend maintenant, c'est des victoires. L'arrivée de Garcia a été bien accueillie, à lui de confirmer sa réputation », lâche Jean-Félix, venu de Rennes en famille. « On espère qu'il ramènera des succès, mais on espère aussi qu'il fera revenir le beau jeu, appuie Jean-Louis, 22 ans. Il faudra peut-être un peu de temps, surtout que l'équipe n'a pas encore été renforcée, mais il en est capable. Il prône un jeu offensif, ça nous correspond. » Comme beaucoup hier, Jean-Louis n'est pas venu en abonné : « Je l'étais l'an passé, mais on n'en pouvait plus. » Peut-il reprendre sa carte ? « Bien sûr, on a toujours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant