Le Vatican se protège des graffitis grâce à une PME française

le
0

C’est une société familiale de 30 personnes qui fournit les produits pour protéger les 284 colonnes de la place Saint-Pierre, à Rome. Le Vatican a été séduit par l’efficacité de sa technologie dans la lutte contre les graffitis.

Les graffitis n’épargnent aucun bâtiment, pas même les abords de la place Saint-Pierre, à Rome. Alors que la place centrale du Vatican sortait tout juste de cinq ans de gros travaux, les autorités vaticanes souhaitaient que les lieux conservent leur aspect impeccable le plus longtemps possible. Pour ne pas faire de mauvais choix, elles n’ont pas lésiné confiant à leur laboratoire spécialisé dans la restauration le soin d’étudier différents produits disponibles sur le marché.

C’est finalement le produit fabriqué par Guard Industrie, une petite société familiale implantée à Toulouse et en région parisienne, qui a été retenu. Quasiment une bénédiction pontificale, qui a permis à cette PME de 30 salariés de voir sa technologie retenue pour traiter les 284 colonnes de la place. Près de 6 mois ont été nécessaire pour étaler 4 tonnes de ce produit biodégradable et protéger la pierre de travertin (le matériau utilisé pour Saint-Pierre) contre la pénétration de l’eau, des salissures grasses, de la pollution et surtout des graffitis.

«J’ai été surpris de constater que la protection anti-graffiti était un aspect fondamental pour le Vatican, avoue Barnabé Wayser, président de Guard industrie. Il est vrai que pendant mon séjour à Rome, j’ai moi-même constaté que c’est un vrai problème et il nous a même fallu nettoyer des graffitis tout frais.»

Enduit dépolluant

Le jeune patron qui a repris le flambeau de son père voilà 4 ans ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il voit un avenir en rose pour sa gamme de «cosmétiques pour la peau des bâtiments» comme ils aiment les décrire. Traitant aussi bien la pierre naturelle, que le béton ou le bois, il enchaîne les chantiers prestigieux. Après l’aéroport de Hanoi au Vietnam, la place Tian An Men en Chine, il est en train de s’étendre au Brésil et rêve des tours de Dubaï, où il s’envole prochainement. Au-delà des protections anti-graffiti, il mise aussi sur la dernière innovation de ses laboratoires: un produit qui dépollue l’air ambiant sous la seule action de la lumière, naturelle ou électrique.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant