Le vaccin contre la méningite B est désormais remboursé

le
0

Cette maladie mortelle, touche majoritairement de jeunes patients. La méningite la plus fréquente est la méningite B et c'est seulement depuis 2014 qu'un vaccin, le Bexsero, est disponible. Ce vaccin est pris en charge par l'Assurance maladie pour les populations considérées à risque.

La méningite entraîne une inflammation des membranes entourant le cerveau. Il existe deux types de méningites. Les méningites virales sont fréquentes et sans gravité. Les méningites bactériennes sont plus rares mais peuvent parfois être mortelles. En France, les infections invasives à méningocoques B sont responsables de 20 à 40 décès par an et le Bexsero permet désormais de prévenir la méningite auprès des populations à risque.

Les populations à risque bien identifiées

Le vaccin contre la méningite, vendu 90,08 € la dose, est passé à 88,43€ depuis le 1er janvier 2015. Il est pris en charge à hauteur de 65% pour les populations à risque. La plupart des complémentaires santé remboursant la différence, soit 35% du coût de vaccination.

Le Haut Conseil de la Santé publique a identifié précisément les populations pouvant bénéficier de ce taux de remboursement. Il s'agit notamment des personnes souffrant d'un déficit immunitaire, d'un dysfonctionnement de la rate (déficit en properdine) ou n'ayant pas de rate (asplénie anatomique ou fonctionnelle) et des personnes ayant subi une greffe de cellules-souches hématopoïétiques.

Certains professionnels peuvent également se faire vacciner en bénéficiant d'une prise en charge importante: personnel hospitalier et toute personne travaillant directement ou indirectement sur les méningocoques.

À savoir

Le Bexsero est un vaccin dit «à large spectre». Il peut donc être utilisé largement en cas d'épidémie.

Les remboursements des mutuelles

Pour favoriser la prévention, certaines assurances santé se sont engagées à rembourser partiellement ou intégralement le vaccin contre la méningite B. Ce remboursement pouvant concerner les personnes n'entrant pas dans la liste des populations à risque. Il est donc conseillé de contacter sa complémentaire santé avant de se faire vacciner. Cela permet de connaître les modalités de prise en charge de la vaccination et le montant du remboursement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant