Le Tyrol du Sud rêve d'Autriche

le
0
Dans la province aux trois quarts germanophone, les législatives régionales se sont tenues dimanche dans un climat de dissidence vis-à-vis de Rome.

Avec son épaisse natte nouée sur le côté qui lui donne des airs de jeune fille, Eva Klotz s'est présentée pour un septième mandat au Parlement du Trentin-Haut-Adige (Tyrol du Sud). L'objectif de la députée Süd-Tiroler Freiheit (Liberté pour le Tyrol du Sud) est resté intact depuis plus de trente ans: faire revenir sa province, annexée à l'Italie en 1919, dans le giron de la mère patrie autrichienne. De son côté, le parti des Freiheitlichen, d'autres «libéraux», faisait campagne en faveur de la création d'un État libre et d'une candidature commune avec le Tyrol autrichien aux Jeux olympiques.

Dans cette province alpine de 500.000 habitants, dont les trois quarts environ sont germanophones, la crise économique a fait réapparaître le vieux démon de l'irrédentisme sur le devant de la scène politique. Ici, le chô...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant