Le troisième patient avec un coeur artificiel de Carmat va bien

le
0
LE TROISIÈME PATIENT AVEC UN COEUR ARTIFICIEL DE CARMAT VA BIEN
LE TROISIÈME PATIENT AVEC UN COEUR ARTIFICIEL DE CARMAT VA BIEN

PARIS (Reuters) - Le troisième bénéficiaire du coeur artificiel de Carmat va bien plus de six mois après son implantation, a déclaré mercredi le directeur général de la société, Marcello Conviti, refusant toutefois de préciser si un quatrième patient avait été greffé à ce jour.

"Le troisième patient va bien. Il habite seul à côté de Strasbourg. Il se rend une fois par semaine à l'hôpital pour faire des contrôles. Il a une très bonne qualité de vie", a déclaré Marcello Conviti à Reuters en marge d'un séminaire sur les sociétés de biotechnologie.

Agé de 73 ans, ce troisième patient, opéré le 8 avril, est rentré chez lui en août, a-t-il précisé. Les deux premiers patients sont morts, l'un 74 jours après son implantation et l'autre neuf mois après. Carmat avait expliqué le décès en mai de ce deuxième patient par une dégradation du fonctionnement du coeur lié à un problème de composant électronique.

Inventé par le chirurgien français Alain Carpentier, le coeur artificiel de Carmat mime le fonctionnement du coeur naturel. Il est destiné à des malades ayant une insuffisance cardiaque à un stade terminal et dont l'espérance de vie se mesure en jours.

L'étude de faisabilité de ce coeur prévoit l'implantation de quatre malades avec un objectif de survie à trente jours. Ce n'est qu'une fois réussie cette première étape décisive que Carmat lancera son étude clinique pivot sur une vingtaine de patients, à l'échelle européenne, pour obtenir le marquage CE indispensable à l'autorisation de mise sur le marché d'un dispositif médical.

"On a aujourd'hui plus de 18 mois d'exposition de patients à la machine. On a la confirmation de son hémocompatibilité ce qui était notre premier défi. On a eu des problèmes de mise à jour de la prothèse. On a fait les corrections nécessaires. C'est la même prothèse mais on a ajouté beaucoup de contrôles. Pour l'instant tout va bien", a indiqué Marcel Conviti.

Le directeur général n'a pas voulu commenter les déclarations faites début juin par le professeur Alain Carpentier, affirmant que le quatrième patient devrait être implanté d'ici deux à trois mois maximum.

"Je ne peux rien dire sur le quatrième malade, mais l'étude de faisabilité devrait être terminée avant la fin de l'année ou au début de l'année prochaine", a-t-il dit.

L'étude clinique de phase pivot devrait être lancée au premier trimestre 2016 dans huit centres français et européens. Ses résultats devraient être connus avant la fin de l'année 2016 ce qui permettrait un marquage CE dans la foulée, a-t-il ajouté.

(Noëlle Mennella, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant