Le tribunal se prononcera vendredi sur l'avenir du groupe Doux

le
0
LE GROUPE DOUX FIXÉ SUR SON AVENIR VENDREDI
LE GROUPE DOUX FIXÉ SUR SON AVENIR VENDREDI

RENNES (Reuters) - Le tribunal de commerce de Quimper (Finistère) se prononcera vendredi après-midi sur la validité du plan de continuation présenté par le volailler Doux, a-t-on appris mardi de source syndicale.

Selon les syndicats, le tribunal de commerce devrait vraisemblablement valider ce plan et mettre fin à la période de redressement judiciaire, compte tenu notamment de l'accord conclu lundi entre la holding de la famille Calmels (D&P), le saoudien Al-Munajem et la famille Doux.

Cet accord prévoit la reprise du groupe Doux par D&P à hauteur de 52,5%, la famille Doux ne conservant que 22,5% des parts contre 80% actuellement et le groupe Al-Munajem, l'un des principaux clients du groupe, entrant dans le capital à hauteur de 25% des parts.

Lors d'une audience mardi à huis clos devant le tribunal de commerce, les représentants de Doux ont également mis en avant une trésorerie redevenue positive et un passif qui aurait été ramené de plus de 300 millions d'euros à quelque 80 millions d'euros.

Le déblocage de 15 millions d'euros décidé vendredi pour soutenir la filière du poulet export à travers des aides aux éleveurs devrait aussi consolider le groupe, même si l'année 2014 a été qualifiée "d'année difficile" par les administrateurs judiciaires, en raison notamment des incertitudes sur la parité euro-dollar, a dit à Reuters Nadine Hourmant, déléguée Force Ouvrière.

Des incertitudes demeurent également sur les dettes du groupe contractées au Brésil par l'ancien leader européen de la volaille, a précisé la déléguée syndicale.

Depuis juin 2012 et son placement en redressement judiciaire, le groupe Doux s'est séparé de son pôle "poulet frais" qui employait environ 1.000 personnes pour se recentrer sur sa filière "poulet export" à destination du Moyen-Orient et sa marque Père Dodu.

Le groupe volailler emploie actuellement quelque 2.100 personnes, dont 1.700 en contrat à durée indéterminée.

Pierre-Henri Allain, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant