Le Trésor américain fait la chasse aux OPA fiscales: quelles conséquences pour le marché ?

le
0

Le 22 septembre dernier, le Trésor américain a annoncé une série de mesures destinées à

mettre un coup d'arrêt au mécanisme de l'inversion fiscale très utilisé par les groupes américains dans leurs fusions à l'étranger. Comme le rappelait dernièrement Hervé Mangin, gérant actions pour Axa Investment Managers, «cette optimisation fiscale agressive donne la possibilité à une société américaine de changer son siège social pour un pays à fiscalité plus attrayante, si les actionnaires de la proie représentent plus de 20% des actionnaires du nouveau groupe». Le succès de ce mécanisme qui permet de contourner

un taux d'impôt sur les sociétés outre-Atlantique (35%) parmi les plus élevés des pays développés, a rencontré un grand succès. Il serait à l'origine de cinquante offres publiques d'achat lancées par des groupes américains hors de leur pays, dont vingt depuis 2013, et treize depuis janvier dernier. Le projet de fusion avorté de Publicis Groupe avec l'américain Omnicom prévoyait ce mécanisme d'inversion fiscale.  La décision du Trésor américain de mettre un terme à cette évasion de base fiscale a déjà grippé les projets de plusieurs projets d'OPA dans le domaine de la santé.

L'américain AbbVie voulait racheter l'anglais Shire, avec une offre pourtant acceptée par son conseil d'administration, de 32 milliards de livres. Le rachat de l'irlandais Covidien par l'américain Medtronic (42,9 milliards

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant