Le travail du dimanche bloqué aux Galeries Lafayette

le
5
Le travail du dimanche bloqué aux Galeries Lafayette
Le travail du dimanche bloqué aux Galeries Lafayette

Les syndicats CGT, FO et SCID des Galeries Lafayette ont décidé d'exercer leur droit d'opposition à l'accord sur le travail dominical, l'invalidant de fait. La CGT a été la dernière à arrêter sa décision. Et finalement, «nous avons décidé de faire valoir notre droit d'opposition à l'accord sur le travail dominical», a déclaré ce vendredi Céline Carlen, de la CGT commerce. La direction n'a pas fait de commentaire.

 

FO et le SCID (Syndicat Commerce Indépendant et Démocratique) avait déjà annoncé samedi dernier qu'ils exerceraient leur droit d'opposition, s'insurgeant contre un accord «cadeau à la direction» et dénonçant une signature «à la hâte» et «sous pression». 

 

Début mai, aucun syndicat n'était prêt à signer le texte sur le travail dominical dans sa toute première version. Mais la direction, la CFE-CGC et la CFTC sont parvenus à signer un compromis vendredi 20 mai. Ces deux organisations syndicales représentent à elles deux 37,94% des voix aux élections professionnelles, au-delà du seuil de 30% nécessaire à la validation de l'accord qui restait cependant dans l'attente de la décision de la CGT (34,48%). 

 

La validité du droit d'opposition des trois syndicats CGT, FO et SCID, qui représentent plus de 50% du personnel (60,87%), reste toutefois soumise à une décision de justice, attendue le 9 juin, concernant la représentativité du SCID (14,19%). La direction la conteste depuis que ce syndicat s'est désaffilié de la CFDT. 

 

Ce que la CGC et CFDT avaient obtenu :

 

La dernière mouture du texte porte notamment à huit (contre sept auparavant) le plafond de dimanches travaillés, avec la garantie que les volontaires puissent en faire au moins six.

Des négociations sur les astreintes se tiendront dès le mois de juin, et non dans six mois, et le texte institue un «observatoire» du travail du dimanche, composé de représentants de la direction et des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 9 mois

    Faire du syndicalisme hors sol sans tenir compte du contexte mondial est irréaliste. Vous comprenez maintenant pourquoi la Corée du nord s'est isolée du monde.

  • danette4 il y a 9 mois

    cher mira1234, les usa tout pour le business, par contre rien pour l'éducation resultat trump bientot président, ca fait réver c'est sur! 1/4 de la population carcéral mondiale, ca fait réver comme pays. sans parler du nombre de tués par balles

  • danette4 il y a 9 mois

    bah 60% des representant du personnel disent non donc logique que ca reste fermé

  • mira1234 il y a 9 mois

    Le business et les syndicats, çà fait deux. La genre de débat qu'on ne peut même pas envisager ici, aux USA. Et on s'étonne de l'état de la France.

  • m1234592 il y a 9 mois

    Référendum à bulletin secret et isoloir avec des services de sécurité pour que les salariés se prononcent librement !