Le travail de fourmi des scientifiques allemands

le
0
L'origine précise de la contamination par la bactérie Eceh reste inconnue trois semaines après le début d'une épidémie mortelle dont le foyer est à Hambourg. L'absence de traçabilité des végétaux pose notamment problème

En trois semaines, 23 personnes ont été tuées par une souche très virulente de la bactérie E. Coli entéro-hémorragique (Eceh). Après avoir incriminé à tort les concombres espagnols, les autorités allemandes et européennes ont suspecté salades et tomates d'être la source de la contamination. Depuis dimanche, l'hypothèse de graines germées provenant d'une ferme bio de la région d'Hambourg est évoquée. Les premières analyses n'ont pas encore permis de confirmer ces soupçons. Au final, le mystère de l'origine de la «bactérie tueuse» reste entier. Si les médias commencent à s'impatienter, il faut reconnaître que le défi posé aux autorités allemandes est grand. Et que le temps scientifique n'est pas le temps médiatique.

Pour déterminer l'origine d'une contamination, le premier travail des scientifiques est d'interroger tous les malades sur leur régime alimentaire. La bactérie Eceh n'agit pas de manière immédiate mais trois à sept jours après ingestion, c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant