Le trading à haute fréquence dans le viseur

le
0

(lerevenu.com) - L'étude de la CFTC, signée par l'économiste Andrei Kirilenko, a porté sur les contrats à terme sur l'indice boursier Standard & Poor's 500 des plus grandes capitalisations de la Bourse américaine.

C'est l'un des contrats les plus liquides et plus populaires qui soient sur tous les marchés à terme que l'instance surveille.

Ce travail de recherche qui va bientôt sortir aux Etats-Unis, selon  l'agence Reuters, a analysé toutes les transactions de ce contrat à terme, entre août 2010 et août 2012.

La principale conclusion de l'étude est que les sociétés dont l'activité consiste à arbitrer des milliers d'actions ou de contrats à terme en des délais ultra-courts, à l'aide de complexes algorithmes, gagnent de l'argent sur le dos des investisseurs traditionnels.

Les acteurs les plus agressifs du trading à haute fréquence touchent en moyenne 1,92 dollar sur chaque contrat à terme échangé avec des investisseurs institutionnels et 3,49 dollars, avec de plus petits intervenants.

Pour Andrei Kirilenko, voilà la preuve que les marchés sont «un jeu à somme nulle, car les profits des spécialistes de trading automatisé à haute fréquence se font aux dépens des autres investisseurs.»

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant