Le tourisme résiste dans le monde, fléchit en France et Turquie

le
0
    BERLIN, 22 août (Reuters) - Le tourisme contribuera moins 
que prévu à la croissance économique en France, en Turquie et au 
Brésil cette année en raison des attentats ou des troubles 
politiques et économiques dans ces pays, même si le secteur se 
montre résistant à l'échelle mondiale, prédit le World Travel 
and Tourism Council (WTTC). 
    Les attentats survenus à Paris, Bruxelles et Nice ont 
entraîné une baisse de la demande de voyages à destination de 
l'Europe. 
    En France, la contribution de l'activité touristique au 
produit intérieur brut (PIB) va progresser de 1,1% cette année, 
contre une précédente prévision de 2,9%, selon le WTTC, un 
organisme rassemblant des poids lourds mondiaux du secteur. 
    "L'attentat à Paris a eu un impact parce que c'est le point 
d'entrée en Europe pour beaucoup de voyageurs asiatiques et 
nord-américains", a déclaré David Scowsill, président du WTTC, à 
Reuters. 
    La fréquentation touristique a rechuté au deuxième trimestre 
en France, selon les données publiées vendredi par l'Insee. 
  Le secteur du tourisme a rapporté 80,4 milliards 
d'euros à la France en 2015, soit 3,7% de son PIB. 
    La situation sécuritaire en Turquie, entre attentats et 
tentative de coup d'Etat, détourne aussi les touristes de ce 
pays. La contribution du secteur au PIB va s'y contracter de 
3,2% cette année, soit nettement plus que la précédente 
estimation d'un déclin de 0,2%. 
    Malgré les Jeux olympiques, le Brésil est pour sa part 
plongé dans une crise politique et dans sa pire récession depuis 
les années 1930. Il est en outre confronté à un risque sanitaire 
avec le virus Zika. 
    La contribution du secteur touristique au PIB du Brésil va 
reculer de 1,6% cette année au lieu de 0,9% dans la précédente 
estimation du WTTC. 
    L'activité touristique à travers le monde devrait cependant 
progresser de 3,1% en 2016, soit plus rapidement que l'économie 
mondiale dont la croissance est attendue à 2,3%, en raison d'un 
nombre toujours plus important de voyageurs en provenance 
d'Asie, en particulier de Chine et d'Inde. 
    "Il y a une faiblesse macroéconomique généralisée mais le 
secteur des voyages et du tourisme s'en sort très bien. C'est le 
même rythme de croissance qu'en 2015", a dit David Scowsill. 
    Malgré les problèmes de sécurité, les gens continuent de 
voyager mais ils ont changé de destinations, a-t-il ajouté. Les 
Asiatiques ont ainsi tendance à se tourner davantage vers 
l'Australie au lieu de l'Europe. 
 
 (Victoria Bryan; Bertrand Boucey pour le service français, 
édité par Benoît Van Overstraeten) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant