Le top 100 des rues les plus chères de Paris

le
4
INFOGRAPHIE - Sans surprise les rues les plus honéreuses sont regroupées dans le centre de la capitale, tandis que les bonnes affaires se situent elles, dans le nord est parisien.

Quelle est la rue la plus chère de Paris? Si vous pensez à la rue de la Paix du Monopoly, détrompez-vous. En réalité, il s'agit de la rue Furstemberg située au c½ur de Saint-Germain des Près dans le 6ème arrondissement. Là, le prix de l'immobilier s'élève à plus de 21.000 euros le m², selon le palmarès de l'agence immobilière en ligne Efficity.com, qui a référencé les 100 rues les plus chères et les moins chères de la capitale dans un classement publié le lundi 1er octobre.

Résultats, les quartiers les plus onéreux sont localisés dans les 6ème, 7ème et 8ème arrondissements, où sont concentrés les trois-quarts des rues les plus chères, tandis que les moins chères se trouvent dans le 17ème, le 18ème et dans le 19ème. Ce dernier arrondissement compte d'ailleurs la rue la plus abordable de Paris (rue de la Grenade) où le prix du m² est à 4712 euros. En moyenne, les rues les plus coûteuses tournent autour de 13.789 euros/m² et tombe à 5870 pour les moins chères.

«La fréquentation d'un quartier fait évoluer les prix»

L'adresse et la qualité de l'immeuble déterminent principalement la valeur du bien. L'environnement est aussi un critère important qui justifie ces écarts de prix. Par exemple, «Saint-Germain des Près est plus standing et offre de meilleures infrastructures qu'à Barbès», commente Christophe Du Pontavice, président et fondateur d'Efficity.com. Autre facteur d'explication, «Saint-Germain est un quartier international, essentiellement habité par des Italiens, des Anglais et des Américains», ce qui encourage les prix élevés de cette zone.

La sociologie du quartier est également à prendre en compte. «La fréquentation d'un quartier fait évoluer les prix, explique le président de l'agence immobilière. Le quartier autour de la rue des Martyrs dans le 9ème arrondissement est devenu la quintessence du quartier bobo. Beaucoup de jeunes actifs à fort pouvoir d'achat s'y sont installés et ont fait grimper les prix», précise-t-il.

Les prix excessifs de l'immobilier parisien restent une constante. «La demande est beaucoup plus importante que l'offre, souligne Christophe Du Pontavice. Il n'y a définitivement pas assez de biens à acheter par rapport à ce que le marché peut absorber», ajoute-t-il. Pour preuve, «Paris compte seulement 30% de propriétaires, deux fois moins qu'en Province».

LIRE AUSSI:

» Immobilier: la nouvelle donne parisienne

» INFOGRAPHIE - Les prix de l'immobilier en France

SERVICE:

» Retrouvez les annonces à Paris et dans toute la France avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cyrgod le mercredi 3 oct 2012 à 19:11

    @M1653589 : Mdr. Tu cherches la petite bête ! Une termite peut-être ?

  • M1653589 le mercredi 3 oct 2012 à 13:44

    "les rues les plus honéreuses"Tellement "honéreuses" (sic) qu'il ne reste plus d'argent pour acheter un dictionnaire...

  • muck12 le mercredi 3 oct 2012 à 12:08

    et les termites en bonus

  • JM_A le mercredi 3 oct 2012 à 11:45

    "bonnes affaires se situent elles, dans le nord est parisien"un vrai coupe gorge...