Le titre PSA tombe à un plus bas de près de 27 ans en Bourse

le
0
LE TITRE PSA À UN PLUS BAS DE PRÈS DE 27 ANS EN BOURSE
LE TITRE PSA À UN PLUS BAS DE PRÈS DE 27 ANS EN BOURSE

PARIS (Reuters) - L'action PSA Peugeot Citroën plonge en Bourse mercredi, le constructeur automobile dont le chiffre d'affaires trimestriel a baissé de 3,6% ayant prévenu qu'il ne verserait pas de dividende et ne rachèterait pas d'actions pendant la période de garanties de l'Etat à sa filiale Banque PSA Finance (BPF).

Le titre, qui avait ouvert en hausse, s'est rapidement retourné pour enfoncer un support technique autour de 5,70 euros et tomber à 5,355 euros (-8%), son plus bas niveau depuis le premier trimestre 1986, il y a près de 27 ans.

A 12h42, PSA s'échange à 5,626 euros, en recul de 3,43%, alors que l'indice SBF 120 gagne 0,52% et l'indice Stoxx du secteur automobile européen 0,8%.

L'Etat apportera sa garantie à hauteur de sept milliards d'euros à Banque PSA Finance et aura en échange un siège au conseil de surveillance du premier constructeur automobile français.

"La situation reste extrêmement tendue pour Peugeot avec un quatrième trimestre qui s'annonce à haut risque en Europe. La dynamique devrait rester négative durant encore quelques trimestres", prévient un trader en poste à Paris.

La valeur, qui a fondu de 47% depuis le début de l'année à la Bourse de Paris quand le SBF 120 gagne plus de 9% sur la même période, subit ainsi une nouvelle sanction boursière après avoir été sortie en septembre du CAC 40, l'indice phare de la place parisienne.

En cinq ans, la capitalisation boursière de PSA a fondu de 13 milliards d'euros, l'équivalent de 1,3 million de Peugeot 208, pour tomber à moins de deux milliards d'euros, selon des données Thomson Reuters Datastream.

PSA est désormais cinq fois plus petit que son concurrent Renault en termes de capitalisation boursière, alors que les deux groupes affichaient une capitalisation équivalente - autour de 3,0 milliards d'euros - en mars 2009.

En termes de valorisation, PSA se négocie 0,15 fois sa valeur comptable, contre un multiple de 0,4 pour Renault ou 1,5 pour l'allemand BMW.

Ce ratio de PSA est de loin le plus faible de l'indice SBF 120, et représente deux fois moins que celui d'une banque comme Crédit agricole pourtant mise à mal par la crise de la zone euro.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant