Le titre Fnac dévisse au premier jour de sa cotation

le
2
LE TITRE FNAC PLONGE POUR SES DÉBUTS EN BOURSE
LE TITRE FNAC PLONGE POUR SES DÉBUTS EN BOURSE

PARIS (Reuters) - L'action Fnac dévisse jeudi au premier jour de sa cotation après sa scission du groupe Kering (ex-PPR).

Le prix de référence du distributeur de produit culturels avait été fixé à 22 euros par action, valorisant le groupe à 365 millions, un montant inférieur aux 400 millions d'euros attendus par le marché.

Le titre abandonne 11,36% à 19,50 euros à 10h06, dans un marché en baisse de 1,9%.

Un trader parisien souligne que la baisse du titre aurait été encore plus forte si le prix de référence n'avait pas été fixé aussi bas.

"Le management a décidé d'introduire la société à un niveau inférieur aux 400 millions d'euros envisagés par le marché pour éviter une trop grosse baisse pour le premier jour de cotation", commente-t-il.

La mise en Bourse du distributeur de produits culturels s'annonçait difficile.

De l'avis général, le groupe a peu d'atouts pour convaincre les investisseurs du potentiel d'une enseigne exposée à des marchés déclinants.

Le titre subit, comme attendu, des ventes massives de la part des investisseurs détenant des titres Kering exposés au CAC, au secteur du luxe ou aux grandes capitalisations.

"La baisse de l'action n'a rien d'étonnant car personne ne voulait de la Fnac", commente un gérant à Paris.

"Il est difficile d'imaginer un avenir pour cette société dont le business model semble obsolète. Les gens vont en effet à la Fnac pour se renseigner sur un produit, mais ils rentrent chez eux les acheter sur internet", ajoute-t-il.

Mardi, lors de l'assemblée générale de Kering, le PDG du groupe François-Henri Pinault s'était efforcé de convaincre les petits actionnaires de conserver leurs titres.

Faute de repreneur, Kering avait opté pour une scission de la Fnac en octobre 2012, lui permettant de rapidement nettoyer ses comptes.

Par cette opération, les actionnaires de Kering ont reçu une action Fnac pour huit actions Kering et un dividende en numéraire.

Pascale Denis, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M78543 le jeudi 20 juin 2013 à 11:45

    comme quoi , la valeur va etre nettoyé dans les comptes . Son pere aurait dit , la marge est faite sur le trait de scie dans le negoce du bois , avec une vente au m3 ........... lol

  • M9163545 le jeudi 20 juin 2013 à 10:33

    Comme quoi ce n'est plus la valeur industrielle qui prime!