Le tir de fusée de Kim Jong-un provoque un tollé

le , mis à jour le
0
Un soldat devant la diffusion télévisée du discours de nouvel an du leader nord-coréen, Kim Jong-un.
Un soldat devant la diffusion télévisée du discours de nouvel an du leader nord-coréen, Kim Jong-un.

En tirant une fusée longue portée dimanche matin, Kim Jong-un a adressé un pied de nez aux millions de Chinois qui s'apprêtaient à tirer des feux d'artifice, selon la tradition ancestrale. « Kim a tiré son pétard comme un enfant au nouvel an », s'agace un internaute sur Weibo, le Twitter chinois. La plupart évoquent une « gifle » du trublion nord-coréen adressé à la face de la « grande Chine » renaissante de Xi Jinping.

Un encombrant allié

L'agacement croissant de l'opinion publique chinoise à l'égard de son « petit frère communiste » est au diapason de celle de son président, qui ne partage guère le tropisme nord-coréen de ses prédécesseurs. Tout au long de sa carrière, Xi a développé des relations étroites avec la Corée du Sud « capitaliste » puis sa dirigeante actuelle Park Geun-hye. Jusqu'au bout, la diplomatie chinoise a tenté d'empêcher son allié de mener cette ultime provocation, un mois à peine après un test « thermonucléaire ». Pékin a dépêché la semaine dernière son envoyé Wu Dawei à Pyongyang pour tenter de ramener Kim à la raison. En vain. Une nouvelle fois, les stratèges chinois doivent avaler les provocations de la fière « République populaire démocratique de Corée » (RPDC), qui offrent un prétexte en or à Washington pour avancer ses pions en Asie du Nord-Est, au grand dam des intérêts stratégiques chinois. Séoul vient ainsi d'annoncer des négociations...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant