Le Théâtre du Châtelet, temple parisien de la comédie musicale

le
0
Jean-Luc Choplin, le directeur du Théâtre du Châtelet AFP PHOTO / BERTRAND GUAY
Jean-Luc Choplin, le directeur du Théâtre du Châtelet AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

(AFP) - Le triomphe de West Side Story, qui a fait salle comble pour les fêtes, conforte le pari fait il y a 8 ans par le directeur du Théâtre du Châtelet, Jean-Luc Choplin : rendre à l'ancien temple de l'opérette sa vocation de divertissement populaire.

"J'ai voulu faire du Châtelet un théâtre de grands spectacles populaires et renouer avec son histoire", explique-t-il. "L'opérette ayant fait faillite dans les années 68, il n'y a pas d'autre grand spectacle populaire que la comédie musicale américaine", juge-t-il.

"West Side Story, c'est très impressionnant de voir 145.000 personnes qui viennent du 24 octobre au 1er janvier, ça fait des masses de gens, plus ces milliers de gens à qui on ne peut pas donner satisfaction", souligne-t-il.

Le Châtelet a vendu la totalité des places disponibles, y compris celles à visibilité réduite, pour cette deuxième saison de la comédie musicale "absolue" de Broadway.

"Broadway, c'est une autoroute", s'exclame-t-il. Ses classiques sont un vivier inépuisable pour le Châtelet, de Sweeney Todd (2011, une création du Châtelet) à "My Fair Lady", (2010, avec une reprise envisagée fin 2013) en passant par "A Little Night Music", "On the Town", et bientôt "Carousel" et "Sunday in the Park with George".

La comédie musicale représente près de 40% de l'activité du théâtre, "alors qu'à l'origine, on me disait: ça ne marchera jamais", sourit-il.

Certaines productions sont "importées" comme l'opéra américain de Kurt Weill "Street Scene" (fin janvier), créé par le Young Vic de Londres, mais d'autres sont produites ou co-produites par le Châtelet, comme "Carousel" (mars) et le rare "Sunday in the park with George" de Sondheim (avril), inspiré d'un tableau pointilliste de Seurat.

60% de l'activité du théâtre va à la création, avec par exemple en juin prochain "I was looking at the ceiling and then I saw the sky", opéra du compositeur américain John Adams.

"On a aucun problème de remplissage, mais on a des paris forts", souligne Jean-Luc Choplin. "Le Pavillon aux Pivoines, vais-je remplir? Là, je suis dans le Châtelet sophistiqué, d'ailleurs je monte 7 représentations, et pas 87", comme pour West Side Story, qui n'en a pas moins refusé du monde.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant