Le théâtre d'ombres du clan Kadhafi

le
0
Seïf al-Islam Kadhafi, que l'envoyée spéciale du Figaro a rencontré, estime que le régime dirigé par son père est «victime d'une campagne de propagande des médias étrangers».

Il a choisi le canapé vert, juste au-dessous d'un portrait géant du colonel Kadhafi. Les bras croisés sur un pull en laine, Seïf al-Islam («le glaive de l'islam») affiche, devant ses visiteurs, une détermination sans faille. «La situation est excellente, jugez-en par vous-même!» insiste, dans un anglais parfait, le fils le plus en vue du Guide libyen, en balayant d'un revers de la main toute idée de déliquescence du régime. «Dans deux jours, tout sera rentré dans l'ordre », promet-il, un sourire nerveux aux lèvres.

Les vitres épaisses de ce bâtiment blanc du centre-ville, où il reçoit ses hôtes à la nuit tombée, ne laissent transparaître aucun signe d'instabilité. Dehors, le silence flotte sur Tripoli, à l'exception de la fameuse place Verte, où une bande de gais lurons, l'haleine gonflée d'alcool, chantonnent inlassablement quelques refrains à la gloire de leur «aimable Guide» en lui souhaitant «longue vie». Dans ce théâtre d'ombres, les nouvelles

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant