Le TGV manque d'investissements

le
0
Réseau Ferré de France estime que l'avenir du réseau de lignes à grande vitesse n'est pas assuré en France. En cause, le manque d'investissements pour la rénovation des infrastructures.

L'avenir du TGV, le train préféré des Français, est-il en péril ? Les dirigeants de Réseau Ferré de France (RFF), l'entreprise propriétaire des réseaux d'infrastructure ferroviaire, ont lancé un cri d'alerte qui dénote avec celui que lance régulièrement Guillaume Pepy, le président de la SNCF lorsqu'il explique que le modèle économique du TGV reste à inventer.

En 2010, RFF percevra 1,5 milliard d'euros des péages des opérateurs de transport, la SNCF, pour l'utilisation de son réseau à grande vitesse. Mais cette entreprise a fait ses comptes: le succès commercial du TGV cache un déséquilibre entre les coûts et les recettes.Pour RFF, 50 % de ses dépenses globales servent à entretenir et rénover les infrastructures des lignes à grande vitesse alors que 30 % des billets de TGV sont reversés à RFF sous forme de péages.

RFF estime que pour pouvoir gérer durablement le réseau à grande vitesse, il lui faudra passer de un à deux milliards d'euros par an. Et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant