Le textile maintient ses prix coûte que coûte

le
0
Les enseignes d'habillement et de prêt-à-porter maintiennent tant bien que mal leurs tarifs malgré la récente flambée du coton et la baisse de leurs ventes.

Ils se regardent en chiens de faïence, en attendant de voir qui fera feu le premier. Impactés par la récente montée en flèche du prix du coton, la plupart des grands groupes d'habillement et de prêt-à-porter refusent toujours d'augmenter leurs tarifs. Chez H&M par exemple, la valse des étiquettes n'est pas à l'ordre du jour. Malgré un bénéfice en net recul, à 291 millions d'euros sur la période décembre-février (-30% par rapport à l'an passé), son PDG, Carl-Johan Persson, a expliqué ce chiffre par «une volonté délibérée de maintenir les prix».

Et ce, même si certains de ses magasins voient leurs ventes piquer du nez, comme le tout nouveau complexe des Champs-Elysées, à Paris. «Alors qu'il devrait faire de 200.000 à 250.000 euros de chiffre d'affaires par jour, il atteint à peine les 100 000 euros, soit moins bien que le magasin du boulevard Haussman», a affirmé BFM Radio le mois dernier, voyant-là les limites «d'un modèle de la mode jetable, à b

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant