Le taux du livret A devrait rester stable malgré l'inflation

le
0
L'INFLATION EN FRANCE
L'INFLATION EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le taux du livret A devrait rester inchangé au 1er février malgré la publication, mardi par l'Insee, de chiffres d'inflation 2013 les plus bas depuis quinze ans, le gouvernement souhaitant préserver le pouvoir d'achat de l'épargne populaire.

A 0,7%, le taux d'inflation en glissement sur douze mois à fin décembre est le plus faible depuis celui de 0,2% enregistré en 1998.

Le taux hors tabac, qui sert de référence, avec les taux du marché interbancaire, pour la fixation du livret A, affiche de son côté une hausse de 0,6% sur douze mois, ce qui fait que, au vu de sa formule de calcul, la rémunération du produit d'épargne le plus populaire en France devrait être abaissée à 0,75%.

Elle avait été ramenée de 1,75% à 1,25%, son plus bas niveau historique, le 1er août dernier.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a laissé entendre clairement la semaine passée que le taux ne baisserait pas cette fois, en invoquant la protection du pouvoir d'achat des épargnants.

Il a maintenu sa position mardi, bien que le taux d'inflation de décembre ait été inférieur aux anticipations (0,8%).

"J'ai déjà dit que le gouvernement serait très attentif au sort de l'épargne populaire et j'ai mentionné le fait que le taux de 1,25% était déjà un taux bas", a-t-il dit.

"Je n'ai pas changé d'avis depuis la semaine dernière, d'autant que même si aujourd'hui l'inflation est très basse, on sait que les perspectives d'une remontée sont présentes. Ce n'est pas une situation qui est une situation durable", a ajouté le ministre, qui s'exprimait à l'issue d'un colloque à Bercy.

Pierre Moscovici avait déjà invoqué la protection de l'épargne populaire pour justifier que le taux du livret A ne soit pas abaissé jusqu'à 1%, comme sa formule de calcul l'établissait, lors de sa dernière révision semestrielle en août.

Le processus prévoit d'abord une recommandation de taux du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, au ministre de l'Economie et des Finances qui devrait être envoyée ce mercredi, le dernier mot revenant à Pierre Moscovici.

"Au regard de tous les paramètres, nous aurons l'occasion de parler de tout ça avec Christian Noyer pour définir une position que je souhaite à la fois commune et raisonnable et qui tienne compte de la situation des épargnants et de leur pouvoir d'achat", a encore dit le ministre.

Le maintien d'un taux du livret A sensiblement supérieur à l'inflation n'est pas sans inconvénient dans la mesure ou l'argent collecté sert à financer le logement social. De plus, il renchérit le coût des ressources des banques et partant, celui de leurs crédits à l'économie.

Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant