Le taux du livret A devrait encore baisser... en théorie

le
11
INFOGRAPHIE - Aux niveaux actuels de l'inflation, le livret A devrait mécaniquement voir son taux baisser de 1,25 % à 1 %, selon l'application stricte de la formule de calcul de sa rémunération. Il n'est pas certain, en revanche, que Bercy la suivra.

Le livret A oscille entre deux taux. La Banque de France et le gouvernement doivent décider mi-janvier de maintenir le taux du livret A à 1,25% ou l'abaisser, pour une application au 1er février prochain. Techniquement, alors que l'inflation a nettement ralenti en France et gravitait entre 0,6% et 0,7% en octobre et novembre, le taux de ce produit d'épargne devrait passer à 1%, selon l'application de la formule de calcul de sa rémunération.

La formule inscrite dans l'arrêté du 29 janvier 2008 prévoit que le rendement du livret A doit être calculé soit en intégrant à la fois les taux des prêts entre banques (marché interbancaire) et l'inflation, soit en ne retenant que la seule inflation, selon la solution qui offre le meilleur taux. Les taux des prêts entre banques étant à leurs plus bas niveaux historiques, le calcul est actuellement directement basé sur le seul chiffre de l'inflation majoré d'un quart de point. Le texte prévoit d'arrondir au quart de point le plus proche.

parite, hommes, femmes, ecart de salaire, entreprises sanctionnees Agenda politique

Au 1er août 2013, déjà, le taux des quelque 60 millions de livrets A détenus par les Français a été ramené de 1,75% à 1,25%. À quelques semaines des élections municipales, il n'est pas sûr que le gouvernement accepte cette fois-ci de descendre en deça des 1,25%, un plancher qui avait été touché pour la première fois lors de la récession de 2009. Un rendement à 1% enverrait «un signal désastreux pour les épargnants», s'inquiète un banquier cité par le Journal du dimanche. Et ce, d'autant plus que les Français ont retiré près de 4 milliards d'euros de leur livret A ces trois derniers mois. Une tendance qui s'accélère, alors que les ménages avaient déjà anticipé, avant l'été, la baisse de rémunération du mois d'août et pioché dans leur placement, notamment pour consommer.

«On reste sensible à l'épargne des Français», reconnaît une source au ministère de l'Économie, citée par le JDD. Dans ce contexte de crise, compliqué par l'agenda politique, le statu quo devrait vraisemblablement être maintenu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titide le mardi 7 jan 2014 à 00:09

    ou acheter des francs suisses !!ou des actions il n'y a que çà qui rapporte en étant un peu prudent.

  • titide le mardi 7 jan 2014 à 00:07

    autant garder son argent en espèces à la maison !!

  • supersum le lundi 6 jan 2014 à 17:58

    Les impôts et les taxes pour financer sans papiers, roms, allocataires, fonctionnaires et dettes ne sont pas comprises dans l'inflation

  • ZvR le lundi 6 jan 2014 à 15:37

    l'Etat voudrait que les français lui prêtent de l'argent à 0%. malheureusement les français refusent de faire preuve de patriotisme et commence à retirer leurs sous pour les mettre à l'abri. Et à Bercy ça va commencer à paniquer si le mouvement s'amplifie

  • bignou56 le lundi 6 jan 2014 à 14:54

    et nous on se laisse faire mort de rire

  • TL70190 le lundi 6 jan 2014 à 14:53

    la misère quand on en est a des mesures pareilles !

  • l.badet- le lundi 6 jan 2014 à 14:11

    Nous sommes en pleine dictature. A quand le soulèvement?

  • genest2 le lundi 6 jan 2014 à 14:03

    quelqu'un m'a dit, il faut qu'ils serrent la ceinture car juste avant mes élections, ils distribueront de "beaux" cadeaux ! ...s'ils existent encore !

  • p.volfer le lundi 6 jan 2014 à 11:58

    On va bientot payer pour avoir son livret A c est une honte; 0.7 l inflation .de qui ce moque t on?

  • faites_c le lundi 6 jan 2014 à 11:40

    Et quand est-ce que la formule de l'inflation sera revue pour refléter ce que doit dépenser un français normal pour survivre (nourriture, électricité, eau, gaz, logement, essence et/ou transports en commun) au lieu d'intégrer des postes dont la majorité des français n'ont même pas l'idée qu'ils puissent exister? Si on ne prend que ces postes là, l'inflation est plus proche de 5% que des 0.7% que l'on veut nous faire avaler!