Le taux des crédits immobiliers divisé par deux en quatre ans

le
2

La baisse des taux d’emprunt a encore été marquée en juin, ce qui surprend l’Observatoire Crédit Logement. Les ménages se sont endettés à 1,6% en moyenne hors assurance. En juillet, les baisses de taux se poursuivent.

Toujours et encore plus bas! Les taux des crédits immobiliers continuent de beaucoup baisser. En juin, les acquéreurs se sont endettés à 1,60% en moyenne (toutes durées confondues et hors assurance), constate l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Du jamais vu! «La baisse des taux a donc repris à un rythme soutenu en juin. Elle ne peut que surprendre», souligne l’étude de l’Observatoire. Les taux des crédits immobiliers ont été divisés par 2 depuis décembre 2012 et par 3,5 depuis 2000!

Depuis octobre, les taux des crédits immobiliers accordés aux emprunteurs achetant un bien ancien ont reculé de 0,65% (1,59%) et de 0,66% pour un logement neuf (1,61% en moyenne).

Désormais, les ménages s’endettent à 1,44% (hors assurance) sur 15 ans, 1,67% sur 20 ans et 1,99% sur 25 ans! Les meilleurs clients des banques ayant un apport important et des revenus confortables, souscrivent des prêts avec des taux encore plus avantageux, compris entre 1,04% et 1,22% (hors assurance) sur 15 ans, entre 1,30% et 1,43% sur 20 ans et entre 1,45% et 1,80% sur 25 ans, constate le courtier Meilleurtaux.com.

Ces excellentes et totalement inédites conditions d’emprunt «permettent à tous les ménages d’accéder au marché immobilier, sur des durées longues, sans que cela les pénalise», explique l’étude de l’Observatoire Crédit Logement. Le nombre d’emprunteurs jeunes ou modestes devenant propriétaires de leur première résidence principale est d’ailleurs en forte augmentation. Les durées d’emprunt continuent en effet de s’allonger: 57,7% des ménages ont souscrit en juin un emprunt sur plus de 20 ans (44,5% en 2013) et 21,2% d’entre eux sur plus de 25 ans. Seuls 16% des emprunteurs ont choisi un crédit sur moins de 15 ans (22,2% en 2013).

La baisse spectaculaire des taux des crédits est grandement liée à celle des taux de l’emprunt d’État Français (OAT) sur lequel ils sont indexés. Ces derniers jours, ceux-ci ont fortement baissé. Le taux de l’OAT à 10 ans se rapproche désormais des 0% (0,18%). Là aussi, c’est du jamais vu. Et ce n’est sûrement pas terminé. Tout comme donc la baisse des taux des prêts immobiliers. «En juillet, les taux des crédits immobiliers affichent des baisses comprises entre 0,05% pour la durée 25 ans et 0,10% pour l’ensemble des durées jusqu’à 20 ans» note Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com. «Il est intéressant de noter que contrairement à ce que nous avions connu au début de l’été 2015, quand les banques avaient remonté leurs barèmes afin de diminuer le volume d’entrée des nouveaux dossiers, la situation est aujourd’hui totalement différente. Celles-ci restent dans une phase de conquête active», ajoute Maël Bernier, directrice de la communication du courtier.

Contrairement à l’année dernière, les banques n’ont pas encore atteint leurs objectifs ambitieux en matière de prêts. Après des mois d’hiver calmes, «la demande ne s’est redressée que lentement au printemps, peinant à retrouver le niveau du printemps 2015», note l’étude de Crédit Logement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stedata il y a 5 mois

    Mais faut être fou pour acheter en France avec les locataires qui ont tous les droits même de ne pas payer leur loyer sans aucune conséquences... beaucoup vont dans d'autres pays où préfèrent les SCPI...

  • kpm745 il y a 5 mois

    Cette analyse oublie de mentionner que la baisse des taux entraîne une hausse de la demande et des spéculations sur les prix. En résultat les gens paient beaucoup plus cher qu'avec des taux plus haut