Le taux de rotation, un critère pertinent pour choisir un fonds

le
0
Le taux de rotation permet d'estimer l'activité moyenne du gérant sur une année. (© DR)
Le taux de rotation permet d'estimer l'activité moyenne du gérant sur une année. (© DR)

Sans rentrer dans des oppositions stériles entre modalités de gestion, cette lettre part de la notion de gestion active pour se concentrer ensuite sur le taux de rotation des portefeuilles et, point important, son catalyseur éventuel les commissions de mouvement.

L’idée de fond est de comprendre en quoi le taux de rotation peut être utilisé comme un critère pertinent lors de la sélection d’un fonds.

Où la gestion active permet de mitiger, voire d’éviter les conflits d’intérêt

Pour nous, une gestion active est essentiellement fondée sur la conviction que certains actifs présentent des anomalies de valorisation pouvant être exploitées. Elle cherche à obtenir une performance absolue, par définition sans lien explicite avec l’évolution d’un indice ou d’un benchmark. Le travail du gérant consiste alors à repérer et à sélectionner les titres sous-évalués.

Ce processus, qui demande une patience rationnelle, se déroule sur plusieurs années via des analyses de la rentabilité des entreprises en les proportionnant aux risques encourus. En tirant un profit maximal des informations disponibles, le gérant se concentre alors sur la capacité des entreprises à valider leur modèle économique dans la durée.

Point crucial, les intérêts des gestionnaires d’actifs doivent être alignés avec ceux de leurs clients. Afin d’assurer la meilleure incitation possible, cette approche a pour nous

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant