Le taux de chômage à 9,7% au 1er trimestre, 10,1% avec les Dom

le
18
STABILITÉ DU TAUX DE CHÔMAGE AU SENS DU BIT AU 1ER TRIMESTRE
STABILITÉ DU TAUX DE CHÔMAGE AU SENS DU BIT AU 1ER TRIMESTRE

PARIS (Reuters) - Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) est resté stable au premier trimestre, à 9,7% en France métropolitaine et 10,1% avec les départements d'outre-mer, selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee.

Le taux de chômage a ainsi baissé de 0,2 point sur un an.

Les chiffres du quatrième trimestre 2013 ont été révisés en baisse de 0,1 point, à 9,7% pour la France métropolitaine contre 9,9% lors des trois trimestres précédents, et 10,1% avec les départements d'outre-mer, après 10,3% pendant trois trimestres.

Cette baisse fin 2013 était la première depuis 2011.

Calculé selon la méthode BIT, le nombre de chômeurs atteignait 2.779.000 au premier trimestre en France métropolitaine, en hausse de 23.000 par rapport à fin 2013.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi n'a quant à lui pas marqué de baisse ces derniers mois et la hausse s'est même accélérée en avril.

Selon le ministère du Travail, on comptait fin avril un nouveau record de 3.364.100 personnes en catégorie A (sans aucune activité). Et l'Unedic, gestionnaire de l'assurance chômage, prévoit que ce nombre continuera d'augmenter cette année et l'an prochain.

Selon l'Insee, le taux d'emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans a augmenté de 0,1 point au premier trimestre pour atteindre 64,3%, en hausse de 0,4 point sur un an.

Le taux d'emploi des 50-64 ans a augmenté de 0,4 point sur le trimestre et de 0,9 point sur un an, tandis que celui des 15-24 ans a augmenté de 0,1 point sur le trimestre (+0,2 sur un an) et celui des 25-49 ans est resté stable (+0,2 sur un an).

Le taux d'activité des 15-64 ans a augmenté de 0,2 point, à 71,3%, en hausse de 0,3 point sur un an.

L'Insee souligne que parmi les personnes inactives, selon la définition du BIT, 1,4 million souhaitent un emploi sans être comptées comme étant au chômage.

Ce "halo" autour du chômage augmente de 55.000 personnes sur le trimestre et de 101.000 sur un an.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé mardi que 45.000 emplois d'avenir supplémentaires seraient programmés pour cette année, portant le total à 95.000, pour contribuer à lutter contre la hausse continue du chômage.

La France va par ailleurs recevoir 620 millions d'euros de fonds européens pour lutter contre le chômage des jeunes.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le jeudi 5 juin 2014 à 12:01

    une pensée pour les dom missieu ...allocland puissance 10

  • M363422 le jeudi 5 juin 2014 à 11:32

    Précision : le taux d'emploi = personnes ayant un emploi/ population en âge de travailler (15 à 64 ans) Il est donc évident que ceux qui n'ont pas d'emplois sont: des écoliers, des lycéens, des étudiants,des personnes dans l'incapacité de travailler (hospitalisation, maladie..) et à l'autre bout des retraités. Bien sûr il y a aussi des chômeurs, mais tous ceux qui n'ont pas d'emplois ne sont pas pour autant des chômeurs. Il y a aussi un taux d'activité..

  • M9435767 le jeudi 5 juin 2014 à 10:56

    La seule statistique fiable concernant le chomage est le taux d'emploi et il est de 69.5% en France en 2013, cela veut dire que 30,50% des français en age de travailler n'ont pas d"emploi

  • dupon666 le jeudi 5 juin 2014 à 09:53

    A defaut de creer des emplois ,on a trouvé une methode magique pour faire baisser le taux quand les chomeurs augmentent...la methode pour les BIT

  • d.e.s.t. le jeudi 5 juin 2014 à 09:52

    la manipulation des chiffres du chômage est à l'oeuvre et se porte bien: il suffit pour le "pingouin" de choisir le meilleur pour pousser ses "cocorico"! Quand à sa popularité, depuis un an, elle ne cesse de baisser, tout en restant à 18% : il suffit de bien payer les sondeurs et d'en changer fréquemment!

  • mlemonn4 le jeudi 5 juin 2014 à 09:51

    Il est vrai qu'à force de planquer les chomeurs sous la moquette, d'oublier de les comptabiliser ou bien de les exclure, on arrive à stabiliser les chiffres du chômage alors que les licenciements continuent à tour de bras; d'ailleurs, notre administration n'est plus payée qu'à cela: " comment bidouiller les chiffres"; malheureusement pour eux ils ne sont plus du tout crédibles; tous ces rigolos, nous aussi nous allons bientôt leur rencoyer la monnaie de leur pièce et les exclure!

  • salaf67 le jeudi 5 juin 2014 à 09:50

    Pris en compte les données corrigées de la variation saisonnière, adossées au nouvel algorythme de calcul on peut constaterune stabilisation à tendance accentuée vers une vitesse supérieures d'amélioration de l'état actuel qui pourrait déboucher vers une légère augmentation de la situation actuellesi les chriffres de la croissances extrapolées à 0,00002 % se comfirment d'ici la fin la période moyenne cumulée pondérée.

  • gyere le jeudi 5 juin 2014 à 09:49

    Ils ne comptent pas ceux auxquels ils donnent le RSA pour qu'ils disparaissent des statistiques du chômage, ou qu'ils n'y entrent pas. Le RSA, ex RMI n'est plus versé par les ASSEDIC, mais par les CAF.... Cela ne leur donne pas de travail pour autant.

  • codorn le jeudi 5 juin 2014 à 09:40

    la mas turbation des chiffres par les fonctionnaires de l'INSEE : quel pied ! ils doivent faire parti des 3% fideles au normal

  • bigot8 le jeudi 5 juin 2014 à 09:39

    j aime 9,7 sans les dom tom des iles qui nous coutent la peaux des k ouill es