Le "tankan" révèle des sentiments mitigés au sein des sociétés

le
0

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto TOKYO, 1er octobre (Reuters) - Les grands industriels japonais ont été un petit peu plus optimistes au troisième trimestre, à l'inverse du secteur des services dont l'humeur s'est assombrie, montre le rapport trimestriel "tankan" de la Banque du Japon. La faiblesse du yen a donné le sourire aux exportateurs et les grandes sociétés en ont profité pour investir plus, ce qui s'est accompagné d'un marché du travail qui n'avait jamais été aussi tendu depuis 2008. Les grandes entreprises japonaises comptent ainsi augmenter leurs investissements de 8,6% sur l'exercice en cours, au lieu des 7,2% anticipés par les marchés. Publié mercredi, ce rapport semble néanmoins montrer que l'économie aura besoin d'un nouveau coup de pouce pour raffermir une reprise qui a subi l'impact d'une première hausse de la TVA le 1er avril dernier, alors même qu'un deuxième relèvement de ce taux est prévu en octobre 2015. Des responsables gouvernementaux semblent disposés à le faire, sous la forme d'un collectif budgétaire durant l'exercice qui court jusqu'au 31 mars 2015, si la croissance cale vraiment. L'indice mesurant le sentiment des grands industriels a progressé d'un point à +13 par rapport au précédent "tankan", alors que le marché attendait au contraire une contraction de deux points à +10. En revanche, celui mesurant le sentiment des services a perdu six points à +13, soit plus que ce que le marché prévoyait, pour toucher son niveau le plus bas depuis juin 2013. C'est son deuxième trimestre de détérioration. Les acteurs des secteurs secondaire et tertiaire pensent par ailleurs que les conditions d'activité s'amélioreront à peine dans les trois mois à venir. Le "tankan" atteste ainsi d'une reprise très inégale suivant les secteurs économiques après une contraction du PIB de 7,1% au deuxième trimestre, la pire depuis la crise financière internationale. "L'économie poursuivra peut-être une reprise lente mais d'autres indicateurs économiques sont faibles; on ne peut donc pas dire que c'est tout bon pour augmenter encore la TVA au vu du seul tankan", observe Shuji Tonouchi (Mitsubishi UFG Morgan Stanley Securities). La BoJ aura ce rapport à l'esprit, considéré comme l'indicateur économique le plus exhaustif de la conjoncture économique au vu de son large échantillonnage, lorsque son comité de politique monétaire se réunira la semaine prochaine. Mais pour la plupart des analystes, elle ne s'empressera pas de faire un nouveau geste pour l'économie même si les marchés s'accordent à dire que son objectif d'atteindre une inflation de 2% d'ici la mi-2015 est beaucoup trop ambitieux. (Avec Stanley White et Kaori Kaneko, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant